Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Projet de loi ESR : l'exposé des motifs va être précisé sur la résorption de la précarité, assure le MESR au SNTRS et au SNCS

« Afin de résorber la précarité qui s'est développée dans l'enseignement supérieur et la recherche, 2 100 postes de fonctionnaires par an seront offerts aux personnels de l'enseignement supérieur déjà présents sous statut précaire dans les quatre ans à venir et un dispositif réglementaire, déjà approuvé par l'ANR (Agence nationale de la recherche), limitera le recrutement en CDD dans les laboratoires. » Telle est la « nouvelle formulation » qui pourrait être faite d'un passage de l'exposé des motifs du projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, « pour éviter toute ambiguïté » sur « la lecture qu'il convient de faire du paragraphe consacré à l'emploi non titulaire ». C'est ce qu'écrit le ministère, mercredi 20 février 2013, à Daniel Steinmetz, secrétaire général du SNTRS-CGT, et à Patrick Monfort, secrétaire général du SNCS-FSU. Dans un communiqué diffusé dans la matinée, le SNTRS demandait au ministère de « clarifier rapidement sa position », sachant que l'exposé des motifs, tel qu'il a été transmis au Cneser, indique que les 2 100 postes de fonctionnaires par an seront offerts aux « chercheurs » (et non aux « personnels de l'enseignement supérieur ») (AEF n°195854).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 73 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Projet de loi ESR : l'exposé des motifs est envoyé aux membres du Cneser

« Cette loi sur l'enseignement supérieur et la recherche sera le septième texte depuis 50 ans. Tous furent justifiés sans doute, tous eurent leur utilité. Mais rarement leur objet fut chargé de tant d'espoirs et de responsabilité, rarement la contribution potentielle à l'emploi et à l'équilibre social de notre pays fut si déterminante », écrit Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, dans l'exposé des motifs du projet de loi sur l'enseignement supérieur et recherche, diffusé aux membres du Cneser mercredi 13 février 2013, et qu'AEF s'est procuré. « C'est le premier texte qui lie l'enseignement supérieur à la recherche », poursuit la ministre dans la partie intitulée « Pourquoi une nouvelle loi ? ». L'exposé des motifs est ensuite organisé en quatre parties correspondant aux « quatre objectifs majeurs de la loi » : « accroître la réussite étudiante », « permettre à la recherche de mieux répondre aux enjeux sociétaux à venir », « favoriser la coopération de site et garantir la collégialité et l'efficacité dans la gouvernance des universités » et « l'ouverture à l'Europe et à l'international ».

Lire la suiteLire la suite
Projet de loi ESR : le SNTRS-CGT déplore l'absence « d'engagement budgétaire » pour « résorber durablement la précarité »

« Dans la loi, il n'y a pas le moindre engagement budgétaire : aucun engagement ministériel sur les financements et les emplois nécessaires pour résorber durablement la précarité dans les laboratoires et répondre aux besoins de l'enseignement supérieur et de la recherche. » C'est ce qu'écrit le SNTRS-CGT dans un communiqué intitulé « Nous en avons assez de nous faire promener par le ministère », vendredi 18 janvier 2013. Le syndicat réagit à une première version du projet de la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche, en date du 11 janvier dernier. « Cette fuite (…) montre que malheureusement le ministère, loin de choisir le changement, nous enfume avec un projet qui modifie la LRU et le pacte de la recherche seulement à la marge sur de nombreux points importants », poursuit le syndicat. En outre, « aucun texte officiel n'a encore été envoyé aux syndicats », regrette le SNTRS-CGT.

Lire la suiteLire la suite
Assises nationales : « Une grande ambition de la recherche n'est pas compatible avec la précarité » (Pierre Tambourin)

« La loi Sauvadet part de principes a priori vertueux, mais son application met fin brutalement à des CDD occupés par des jeunes chercheurs qui se retrouvent sans situation de rechange. » C'est ainsi que Cédric Villani, médaille Fields 2010 et membre du comité de pilotage des assises nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche, introduit le thème de la « précarité » lors de l'atelier « Donner une nouvelle ambition à la recherche » qui se tient lundi 26 novembre 2012 au Collège de France, à Paris, dans le cadre des assises nationales (AEF n°201468). « Le problème se pose d'ailleurs, semble-t-il, de façon assez différente selon les disciplines, les plus touchées étant la biologie et les sciences humaines et sociales », poursuit-il. En restituant les conclusions de l'atelier, mardi 27 novembre, Pierre Tambourin, directeur général de Génopole et membre du comité de pilotage, avoue avoir « découvert l'ampleur du problème : le nombre d'emplois précaires a explosé. » Il retient notamment des débats qu' « une grande ambition de la recherche n'est pas compatible avec la précarité de la jeunesse », et qu' « un recrutement massif des précaires sans création de postes serait une catastrophe ».

Lire la suiteLire la suite
Loi Sauvadet : des collectifs « de précaires de la recherche » alertent Geneviève Fioraso sur le non-renouvellements des CDD

Quatre collectifs de « précaires de la recherche », qui ne sont pas rattachés à un syndicat et rassemblent essentiellement des jeunes chercheurs, interpellent Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, dans une lettre datée de jeudi 4 octobre 2012. Ils l'alertent sur « les non-renouvellements de contrats » qui « se multiplient », pour les « agents non titulaires de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui représentent 25 % des agents des universités et plus encore dans les organismes de recherche ». Ces quatre collectifs sont le « collectif des précaires de la recherche de Montpellier », le « collectif des non-titulaires de Toulouse », le « collectif des jeunes chercheurs des Alpes-Maritimes » et le « collectif des précaires Inra Bordeaux Aquitaine ». Tous disent constater les « non-renouvellements de contrats à titre préventif pour éviter des titularisations (loi Sauvadet, AEF n°220130) ou pour éviter de créer des droits à la CDIsation ». Ils demandent « en premier lieu une augmentation significative du nombre de postes aux concours dans toutes les catégories » et alertent la ministre « sur l'urgente nécessité de résoudre le problème du non-renouvellement des contrats des personnels non-titulaires occupant des emplois précaires, mais sur des postes ou des fonctions pérennes ».

Lire la suiteLire la suite
CNRS Montpellier : le SNTRS-CGT dénonce des CDD non renouvelés « pour éviter qu'ils ne rentrent dans les 'CDIsables' de la loi Sauvadet »

« Nous avons des programmes scientifiques, nous avons les budgets, nous avons des personnes formées et compétentes pour poursuivre leurs recherches, mais ces personnels qui sont sur des CDD pourraient voir leurs contrats ne pas être renouvelés car la direction veut éviter qu'ils ne rentrent dans les 'CDIsables' de la loi Sauvadet. Nous sommes dans une situation absurde », déclare à AEF Josiane Tack, secrétaire de la section SNTRS-CGT, le 11 juillet 2012. Elle est aussi membre du « collectif de précaires » de Montpellier, qui dénonce un « dégraissage massif des CDD » au CNRS Languedoc-Roussillon. Le collectif compte actuellement « plus de 100 personnes » et soutient « une dizaine de contractuels menacés et identifiés ». « Nous ne parvenons pas à obtenir de chiffres précis de l'administration, mais ils sont probablement une cinquantaine à être directement concernés par un non-renouvellement de CDD avec une échéance dans les semaines qui viennent », précise Josiane Tack en ajoutant que « la délégation Languedoc-Roussillon totalise 2 500 personnes, dont 800 CDD ».

Lire la suiteLire la suite