Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Présidence de l'Ademe : sénateurs et députés votent en faveur de la nomination de Bruno Léchevin

Les commissions développement durable de l'Assemblée nationale et du Sénat ont voté en faveur de la nomination de Bruno Léchevin à la présidence de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), mardi 26 février 2013 au soir, après l'avoir auditionné, à 14h pour les sénateurs, et à 17h pour les députés. Dix sénateurs se sont prononcés en faveur du candidat, six ont voté blanc, zéro contre. Les députés ont été onze a voté pour, six à s'abstenir, zéro à voter contre. La candidature de l'ancien délégué général du Médiateur de l'énergie avait été proposée par le Premier ministre le 2 février (AEF Habitat et Urbanisme n°196559) puis acceptée par le conseil d'administration le 13 février.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Débat sur la transition énergétique : l'Ademe présente sa « contribution » avec des scénarios énergétiques pour 2030 et 2050

Le gain en matière de réduction de la consommation d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre sera obtenu essentiellement sur le résidentiel jusqu'en 2030, puis sur les transports de 2030 à 2050, estime l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), lors d'une rencontre avec quelques journalistes, mardi 6 novembre 2012. Elle présente les résultats de travaux de prospective qu'elle mène depuis avril et qui consistent à établir un scénario de consommation énergétique 2030 fondé sur des hypothèses « volontaristes », et un scénario 2050 « normatif » qui permette d'atteindre le facteur quatre (division par quatre des émissions de gaz à effet de serre). Ces scénarios pourront être mis à profit lors du débat national sur la transition énergétique que doit lancer la ministre de l'Énergie Delphine Batho vers le 20 novembre. « Nous nous sommes intéressés à la consommation, parce que c'est sur ce sujet que nous sommes pertinents. Le débat sur l'énergie ne doit pas se résumer à la part que devra avoir le nucléaire à l'avenir », déclare le président de l'agence, François Loos.

Lire la suiteLire la suite