Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Demi-part fiscale : la négociation doit continuer sur des bases claires (Unef). L'Uni-Mét a été entendue. La Fage souhaite son redéploiement

L'Unef dénonce « la double hypocrisie » de Jérôme Cahuzac et demande la poursuite des négociations « sur des bases claires » ; l'Uni-Mét se réjouit que « les craintes des étudiants des classes moyennes et de leurs familles » aient été entendues ; la Fage souhaite que la demi-part fiscale bénéficie aux étudiants et non à leurs parents. Telles sont les réactions de ces trois organisations étudiantes aux déclarations du ministre délégué chargé du Budget à l'Assemblée nationale. Celui-ci y a affirmé, mardi 26 février 2013, que « le gouvernement n'[avait] pas l'intention de supprimer la demi-part fiscale » (AEF n°194877). De son côté, Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, déclarait, mercredi 20 février, après une rencontre avec l'Unef, que la réforme des aides sociales passerait par « une remise à plat des aides fiscales, des aides sociales exceptionnelles et des bourses ». Elle précisait aussi que « plusieurs scénarios » étaient actuellement étudiés par Bercy et le MESR et qu'un point d'étape serait fait « fin mars » (AEF n°195341).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi