Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°194206

Expertise CHSCT : le suicide d'un salarié sans lien avec son travail ne constitue pas un risque grave (TGI Versailles)

Le suicide d'un salarié sur son lieu de travail ne peut être pris en compte comme risque grave justifiant la désignation d'un expert par le CHSCT que pour autant qu'il est en lien avec les conditions de travail personnelles de la victime ou l'ambiance générale de l'entreprise. Tel n'est pas le cas lorsque le salarié a clairement indiqué dans des courriers adressés à son épouse et à son employeur que son suicide n'est pas lié à son environnement professionnel. C'est ce que retient le TGI (tribunal de grande instance) de Versailles (Yvelines) dans un jugement du 28 février 2013. Le TGI annule en conséquence la délibération du CHSCT ayant désigné un expert.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Le CHSCT peut demander une expertise pour risque grave dans le cadre du recensement des facteurs de pénibilité (TGI Tarascon)

L'existence de facteurs de pénibilité, révélés à l'occasion de l'élaboration du plan d'action pour la réduction des facteurs de pénibilité, est susceptible d'exposer les salariés à un risque grave justifiant l'expertise du CHSCT. C'est ce que juge le TGI de Tarascon (Bouches-du-Rhône) dans une ordonnance de référé du 10 janvier 2013. Pour valider l'expertise décidée par le CHSCT dans le cadre du recensement des facteurs de pénibilité, le juge retient que cette expertise entre bien dans les prévisions combinées de la loi du 9 novembre 2010 sur les retraites dans ses dispositions portant sur la prévention de la pénibilité, et de l'article L. 4614-12 du code du travail relatif à l'expertise du CHSCT en cas de risque grave. La société a interjeté appel de cette ordonnance.

Lire la suiteLire la suite
Relais Fnac : la cour d'appel de Paris suspend la réorganisation faute d'éléments permettant au CHSCT d'en évaluer les risques psychosociaux

La cour d'appel de Paris ordonne, dans un arrêt du 13 décembre 2012, la suspension de la mise en oeuvre d'un projet de réorganisation des magasins de la société Relais Fnac, qui regroupe les magasins Fnac de province, dans l'attente de la remise aux CHSCT de tous éléments utiles permettant le chiffrage des transferts de charge de travail aux cadres restant en poste à l'issue de la réorganisation. Saisie par des CHSCT et des syndicats de la Fnac, la cour d'appel considère que le chiffrage de ces transferts de charge constitue un élément essentiel de l'évaluation des risques psychosociaux pouvant résulter du projet de réorganisation. Pour la cour d'appel, la société n'a pas rempli son obligation de prévention, dès lors qu'elle n'a pas suffisamment identifié ces risques en amont. La cour d'appel infirme ainsi un jugement du TGI du 18 septembre 2012 qui avait retenu que les CHSCT et les syndicats ne rapportaient pas la preuve d'un risque psychosocial avéré.

Lire la suiteLire la suite
Le TGI de Créteil refuse d'annuler un projet de réorganisation de la Fnac en l'absence de risque psychosocial avéré

Le TGI (tribunal de grande instance) de Créteil (Val-de-Marne), saisi par des CHSCT et des syndicats de la société Fnac, refuse d'annuler le projet de réorganisation « Fnac 2012 » et d'interdire la mise en œuvre du PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) l'accompagnant. Les projets de la direction inquiètent certains salariés et auront des conséquences importantes en matière d'organisation du travail, reconnaît le TGI, mais les CHSCT et les syndicats n'apportent pas la preuve de l'existence d'un risque psychosocial avéré, considère-t-il dans un jugement du 18 septembre 2012.

Lire la suiteLire la suite
Suicide au travail : la cour d'appel de Versailles retient la faute inexcusable de Renault pour un technicien du Technocentre

La société Renault, en ayant soumis pendant plusieurs mois un technicien « à des conditions de travail qualifiées d'anormales en raison de l'inadéquation entre les compétences de ce salarié et les exigences induites par [ses] nouvelles fonctions », « avait nécessairement conscience des risques psychologiques auxquels était exposé ce salarié, principalement après son hospitalisation consécutive à une souffrance au travail ». Le suicide de ce salarié est « dû à la faute inexcusable de la société Renault », celle-ci n'ayant « pas pris les mesures nécessaires pour [le] préserver du danger auquel il était exposé ». C'est ce que juge la cour d'appel de Versailles (Yvelines) dans un arrêt du 10 mai 2012. Les juges d'appel infirment un jugement du Tass (tribunal des affaires de sécurité sociale) de Versailles du 18 novembre 2010, qui n'avait pas retenu la faute inexcusable de l'employeur dans le suicide par noyade d'un technicien du Technocentre sur un terrain appartenant à la société Renault.

Lire la suiteLire la suite
Suicide : pas de faute inexcusable si l'employeur est alerté des problèmes d'un salarié mais pas de sa détresse psychologique (Tass)

Ne commet pas de faute inexcusable l'employeur qui, alerté des problèmes rencontrés par un salarié au travail, n'a jamais eu connaissance d'un état dépressif, d'envies suicidaires ou d'un état psychologique délabré, qui ont pu conduire ce salarié à se suicider. C'est ce que juge le Tass (Tribunal des affaires de sécurité sociale) de la Haute-Garonne le 2 mai 2012, dans une affaire concernant un ingénieur de la société Thales Aliena Space France dont le suicide, à son domicile, a été pris en charge comme accident du travail.

Lire la suiteLire la suite
Expertise CHSCT : déployer de nouveaux logiciels et donner des ordinateurs portables à des consultants n'est pas un projet important

Un projet consistant uniquement à déployer de nouveaux logiciels et à fournir aux salariés occupant des fonctions de consultants dans les entreprises clientes des ordinateurs portables n'est pas un projet important permettant au CHSCT de recourir à une mesure d'expertise, dès lors que ces modifications n'entraînent pas de répercussions importantes sur les conditions de travail de ces salariés en termes d'horaires, de tâches et de moyens mis à leur disposition. C'est ce que juge la Cour de cassation dans un arrêt inédit du 8 février 2012.

Lire la suiteLire la suite