Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Formation des enseignants : Nicole Ménager détaille les propositions du comité master

« En plaçant le mémoire dans le bloc 'mises en situation professionnelle' [des maquettes de master MEEF], il ne s'agissait en aucun cas de supprimer la dimension recherche [de ce] master (…), mais d'attester par le regroupement des blocs 3 et 5 ('recherche' et 'mises en situation professionnelle') que le mémoire ne doit pas être déconnecté de la formation en alternance mise en place en master 2 ». C'est ce qu'indique à AEF Nicole Ménager, présidente du CSM (Comité de suivi master), dans un entretien réalisé mardi 6 mars 2013. Elle revient sur les travaux actuels et futurs de ce comité. Interrogée sur l'impact de l'alternance sur la construction du master, Nicole Ménager explique que « le demi-service que doivent réaliser les étudiants va avoir une incidence sur le nombre d'heures de présence à l'université puisqu'il faudra également prendre en compte les heures de préparation qu'implique le face à face avec les élèves ». En revanche, le nombre d'heures global du master MEEF ne sera pas fixé : « cela relève de la responsabilité de chaque université », insiste-t-elle. Par ailleurs, lors de sa prochaine séance, le CSM se penchera sur la nomenclature des mentions de master : « la suppression des spécialités au niveau de l'habilitation va imposer de revoir la liste des mentions existantes en tenant compte d'une double entrée (disciplinaire et métier) ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. Les enseignants des Espé « doivent être recrutés sur leurs compétences » et non selon leur statut actuel (IGAENR-Igen)

« La création d'emplois [dans les Espé] n'apparaît pas comme une priorité », même si « des ajustements pourront se fonder sur une actualisation de l'état des ressources et des besoins après une première année de fonctionnement » de ces écoles. C'est l'une des neuf recommandations du rapport « Évolution et état des lieux des moyens mis en oeuvre pour la formation des enseignants » de l'Igen et l'IGAENR, dont AEF s'est procuré une copie datée de janvier 2013. La mission d'inspection générale « a focalisé son champ d'investigation sur les moyens consacrés à la formation initiale » qui englobent « les moyens que les IUFM consacrent aux étudiants de master », mais aussi ceux « mobilisés par les académies pour assurer la formation des professeurs stagiaires. » Pour justifier leur position, les inspecteurs indiquent que « la diminution du public pris en charge par les IUFM entre 2008-2009 et 2011-2012 [est] globalement estimée à un peu plus de 40 % [de 62 362 étudiants à 34 934], alors que le tassement des heures statutaires l'[est] lui d'environ 20 %. » Toutefois, les auteurs constatent « une très grande variété des situations selon les IUFM ». Le rapport aborde aussi la question « de la constitution d'un potentiel de formateurs de terrain qualifié » (AEF n°460330 749), ainsi que celle du patrimoine immobilier des IUFM (AEF n°195818).

Lire la suiteLire la suite