Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

URGENT. Christiane Taubira indique être « favorable » à la mise en place d'un dispositif d'attestation de contrôle d'identité

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, affirme être « favorable » à la mise en place d'un dispositif d'attestation de contrôle d'identité, lors d'une intervention devant les Jeunes socialistes à Paris, jeudi 14 mars 2013. « Il faut que nous arrivions à faire entendre que c'est dans l'intérêt de la République et de la démocratie qu'il n'y ait plus de contestation du travail effectué par la police », indique-t-elle. « Il y a des villes qui sont candidates pour l'expérimenter (AEF Sécurité globale n°206199) et je pense qu'il y a un enjeu de confiance qui n'est pas négligeable, y compris pour les policiers. » Elle précise qu'il ne s'agit pas de « prendre partie pour des jeunes qui subissent des contrôles abusifs contre des policiers qui abusent de leur tenue ». Pour la ministre de la Justice, « nous sommes dans une République et nous travaillons au lien social. Nous croyons profondément à la police républicaine. […] La République a besoin de sa police ». Mais la mise en oeuvre d'une attestation de contrôle d'identité se ferait « dans l'intérêt des policiers ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Christiane Taubira mène une série d'entretiens avec les responsables des syndicats de police sur les suites de la conférence de consensus

Christiane Taubira a débuté, lundi 11 mars 2013, une série d'entretiens avec les représentants des syndicats de police sur « les suites de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive » (AEF Sécurité globale n°195239), indique la Chancellerie. Outre les policiers, la garde des Sceaux consultera également les représentants des associations de victimes ainsi que ceux des syndicats de surveillants pénitentiaires et de magistrats, apprend AEF Sécurité globale auprès du cabinet de la ministre.

Lire la suiteLire la suite
Le jury de la conférence de consensus formule douze recommandations afin de prévenir la récidive

« Instaurer une peine de probation », « abandonner les peines automatiques », « supprimer les mesures de sûreté ». Telles sont trois des douze recommandations émises par le jury de la conférence de consensus dans son rapport remis au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mercredi 20 février 2013. Après cinq mois de travaux préparatoires et deux jours de conférence, les 14 et 15 février derniers, les recommandations du jury s'articulent « autour de cinq principes d'action » : « punir dans une société démocratique, repenser le concept de récidive légale, construire un temps de prison utile, refonder l'application des peines, mieux coordonner la recherche ».

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Le Défenseur des droits propose quatre options pour la mise en oeuvre d'un reçu de contrôle d'identité en France

« La solution du 'récépissé', y compris dans sa forme la plus aboutie (Royaume-Uni et États-Unis), ne règle pas au fond le problème des contrôles discriminatoires lorsqu'ils se produisent. En revanche, elle apparaît, par ses seuls effets mécaniques, comme une source de réduction du nombre des contrôles et, par suite, du nombre de contrôles abusifs. » C'est ce qu'indique le Défenseur des droits dans son rapport relatif aux relations police-citoyens et aux contrôles d'identité, rendu public mardi 16 octobre 2012. Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, constate que la remise d'un formulaire lors des contrôles « a entraîné une diminution quantitative des contrôles d'identité ». Ces contrôles « se révèlent par contre beaucoup plus pertinents. Cette efficacité accrue est mesurable par le ratio simple du nombre de contrôles effectués par rapport au nombre de contrôles aboutissant à la constatation d'infractions ». Cependant, malgré l'existence de ces dispositifs, « les associations de défense des droits de l'homme, la presse et les organismes de contrôles mis en place affirment que la police continue de pratiquer des contrôles plus fréquents envers les populations 'minoritaires' »

Lire la suiteLire la suite