Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

« La question est de savoir quelle sera l'étendue » du rôle de la sécurité privée (Marc Pissens, Coess, lors du forum européen à Madrid)

Le secteur de la sécurité privée est confronté à une « contradiction », explique Marc Pissens, président de la Coess (Confédération européenne des services de sécurité), jeudi 14 mars 2013. Il s'exprimait en ouverture du quatrième forum européen sur la sécurité privée, qui se déroulait à Madrid, les 14 et 15 mars 2013. Ce forum est organisé par la Coess et l'Aproser (Asociación profesional de compañías privadas de servicios de seguridad). « Les services de sécurité privée sont aujourd'hui au centre d'un débat nouveau et stimulant. Le sujet principal de ce débat, et ce dans un nombre croissant de pays en Europe et ailleurs, n'est plus de savoir si nous pouvons jouer un rôle dans la sécurité publique. La question est maintenant de savoir quelle sera l'étendue de ce rôle. Le nombre d'acheteurs venus du public croît à un rythme jamais connu auparavant et les agents de sécurité privé sont visibles dans plus de lieux publics. La coopération avec la police et d'autres acteurs publics de la sécurité est maintenant un fait », poursuit Marc Pissens. « En revanche, les services de sécurité sont aujourd'hui encore réduits à une marchandise. Le donneur d'ordre dicte le prix », regrette-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Une minorité de pays européens impose un « principe de spécialité » pour les entreprises de sécurité privée (rapport de la Coess)

Seuls 18 % des pays européens imposent un « principe de spécialité » pour les entreprises de sécurité privée, selon le rapport 2011 de la Coess (Confédération européenne des services de sécurité) sur les activités de sécurité privée en Europe, publié mardi 7 février 2012 (AEF Sécurité globale n°220743). Ce principe existe en France où les entreprises relevant de la loi du 12 juillet 1983 réglementant les activités privées de sécurité sont uniquement autorisées à effectuer des services de sécurité privée. C'est également le cas en Belgique, au Luxembourg, en Espagne ou en Suède. Au Royaume-Uni, au contraire, 80 % des entreprises de sécurité privée exercent aussi d'autres activités. Ce taux atteint 85 % pour l'Allemagne et l'Italie.

Lire la suiteLire la suite