Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

URGENT. Satt Île-de-France Innov : Gilles Rubinstenn démissionne de la présidence. Christian Estève devrait lui succéder

« Le conseil d'administration de la Satt (société d'accélération du transfert de technologie) Île-de-France Innov, réuni le 19 mars 2013, a pris acte de la démission de son président Gilles Rubinstenn », fait savoir la société à AEF, mercredi 20 mars 2013. « Il regrette cette décision que Gilles Rubinstenn motive par l'impossibilité dans laquelle il se trouve de mener à bien sa mission de déploiement de la société dans le champ de la santé. » Les administrateurs ont « souligné l'importance du travail accompli par Gilles Rubinstenn dans la phase de démarrage et de consolidation de la société et lui ont donné quitus de sa gestion », précise la Satt. Ils ont par ailleurs « élu Christian Estève à la présidence ». Selon IdF Innov, ce choix est motivé « en raison notamment de sa parfaite connaissance de la société dont il a été jusqu'à cette date administrateur ». « Cette décision prendra effet le 31 mars 2013, sous réserve des validations juridiques d'usage », indique la Satt.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. Frédéric Dardel exige de l'Inserm que Paris-Descartes soit « rétablie dans ses droits en termes de valorisation »

Frédéric Dardel, président de l'université Paris-Descartes, ne trouve pas les explications de l'Inserm « satisfaisantes » quant au « début de différend entre [les] deux établissements sur la gestion de la propriété intellectuelle » (AEF n°194479). C'est ce qu'il écrit à André Syrota, président de l'Inserm, dans un courrier daté du 25 février 2013, qu'AEF s'est procuré. Pour lui, la pratique de l'Inserm consistant à déposer des brevets issus d'UMR (unités mixtes de recherche) sans toujours en informer le partenaire universitaire « aboutit à une interposition quasi systématique de l'Inserm dans les relations de valorisation entre les universités et les entreprises dans le domaine de la santé » (AEF n°195514). Alors qu' « à juste titre, on demande pourtant aux universités de développer leurs partenariats avec le monde économique », c'est « ce partenariat université-privé qui est ainsi indirectement lésé par les pratiques de l'Inserm », déplore-t-il. « Mon objectif est de faire en sorte que mon établissement puisse être rétabli dans ses droits en termes de valorisation afin qu'une relation de confiance puisse être ensuite reconstruite entre nos deux établissements sur ce sujet », indique-t-il à André Syrota. Pour ce faire, il propose « que l'Inserm accepte un audit par un conseil en propriété intellectuelle indépendant, astreint à la confidentialité, afin de mettre à plat la situation ».

Lire la suiteLire la suite
Inserm : « Le développement des Satt met en difficulté la politique de valorisation » portée par Inserm Transfert (Cour des comptes)

« Il apparaît nécessaire de définir l'articulation entre Inserm Transfert et les Satt (sociétés d'accélération du transfert de technologie) en développement ». C'est ce que préconise la Cour des comptes dans son rapport public annuel publié mardi 12 février 2013, qui contient une « insertion » intitulée « L'Inserm et les sciences du vivant : de nouveaux enjeux dans un secteur stratégique ». Les magistrats relèvent qu' « à court terme, le montage des partenariats avec les Satt entraîne une complexité supplémentaire ». Mais ils pensent aussi qu' « à plus long terme, le périmètre d'intervention d'Inserm Transfert pourrait se réduire avec le développement des Satt, alors que l'Inserm a développé par sa filiale une politique dynamique de valorisation qui commence à porter ses fruits ». Le rapport en conclut que « le développement des Satt (…) met ainsi en difficulté la politique de valorisation de l'Inserm » et appelle, dans l'une de ses recommandations (1), à « préserver la dynamique positive de valorisation de la recherche biomédicale portée par Inserm Transfert ».

Lire la suiteLire la suite
Lancement de la Satt Île-de-France Innov : plus de 150 millions d'euros investis sur dix ans pour maturer 800 projets et créer 200 start-up

« Les Satt (sociétés d'accélération du transfert de technologie) vont marcher, je ne crois pas en leur échec. Elles vont fonctionner car ce sont des structures de proximité et, dans cette optique, il faut que les chargés de valorisation deviennent les meilleurs amis des laboratoires. » C'est ce que déclare à AEF Gilles Rubinstenn, ancien directeur général de la Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche et nouveau président de la Satt « Île-de-France Innov » (AEF n°222686), en marge du lancement officiel de la structure avec la tenue de son assemblée générale constitutive, jeudi 26 janvier 2012, au siège du PRES Sorbonne Paris Cité. Île-de-France Innov financera « des projets issus d'équipes appartenant aux 17 000 personnels et 340 unités qui constituent son périmètre d'intervention » (1). Plus de 150 millions d'euros seront investis en dix ans. Sur cette période, la Satt annonce qu'elle « procédera à la maturation de 800 projets et créera plus de 200 start-up ».

Lire la suiteLire la suite