Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Sciences Po : Jean Gaeremynck remet ses propositions de réforme des statuts. Frédéric Mion prendra ses fonctions le 2 avril

Frédéric Mion, élu le 1er mars 2013 par les deux conseils dirigeants de Sciences Po pour succéder à Richard Descoings au poste de directeur-administrateur de l'établissement (AEF n°194591), sera nommé « à la fin de la semaine » par décret et prendra ses fonctions le 2 avril prochain, indique Geneviève Fioraso, mercredi 27 mars 2013, lors d'une conférence de presse consacrée à la remise du rapport de Jean Gaeremynck, administrateur provisoire de l'établissement (AEF n°201229). « Nous voulions marquer la fin d'une étape pour Sciences Po, qui a traversé une période sensible. Le nouveau directeur va être nommé prochainement, je viens de signer le décret en ce qui concerne la partie FNSP (Fondation nationale des sciences politiques) et le président de la République signera celui concernant l'IEP d'ici la fin de la semaine », indique la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui précise avoir reçu Frédéric Mion. « Je lui ai parlé des dysfonctionnements sur les salaires des dirigeants, sur la question des logements de fonction, et le message a été entendu », assure-t-elle. « Je n'ai reçu que des approbations de sa part et nous repartons dans un climat totalement apaisé. Nous allons négocier un contrat entre l'État et Sciences Po, sans dogmatisme. Nous ne sommes plus dans le fait du prince, mais dans une relation de droit commun, tout ce qu'il y a de plus normal. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Sciences Po : Frédéric Mion est proposé au MESR et à l'Élysée pour succéder à Richard Descoings

« Les deux conseils proposent au gouvernement la nomination de Frédéric Mion au poste d'administrateur et directeur de Sciences Po », indique l'établissement dans un communiqué, vendredi 1er mars 2013. Plus tôt dans la journée, le conseil de direction de l'IEP de Paris avait confirmé son vote « indicatif » d'hier en faveur de Frédéric Mion (AEF n°194631), par 18 voix contre 11 (1), et le conseil d'administration de la FNSP avait également voté en faveur de Frédéric Mion, par 24 voix sur un total de 29 votants (AEF n°194601). Le nom de Frédéric Mion, secrétaire général de Canal + (AEF n°194744) est donc proposé par les instances de Sciences Po à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et au président de la République. Le directeur de l'IEP de Paris, également administrateur de la FNSP, doit en effet être nommé par décret présidentiel. Le délai pour ce type de procédure peut être court (10-15 jours), mais dépend aussi de la situation professionnelle actuelle du candidat.

Lire la suiteLire la suite
J-C. Casanova à l'Assemblée nationale : « Tout vient de la rémunération de Richard Descoings. Cela a consumé son image et il en est mort »

« Il y a deux problèmes délicats [relevés dans le rapport de la Cour des comptes], ce sont la rémunération de Richard Descoings et la mission lycées. Tout vient de cette rémunération. Cela a consumé son image, il en a souffert très profondément, et je peux dire qu'il en est mort », déclare Jean-Claude Casanova, président de la FNSP, devant la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale, jeudi 22 novembre 2012, jour de la publication du rapport de la Cour des comptes sur Sciences Po (AEF n°201744, n°201696, n°201676 et n°201729). « Entre 2007 et 2012, il n'y a eu aucun changement dans la position de Richard Descoings sur sa rémunération : il disait qu'il était conseiller d'État, qu'il avait 50 ans et qu'il était en concurrence avec des écoles comme HEC et des grandes universités étrangères (…). Il est vrai que comparé au monde universitaire strict, sa rémunération était quatre à cinq fois au-dessus. Mais de mon point de vue, elle a été décidée régulièrement. Elle n'était pas publique, et sa publicité a créé un problème. Peut-être était-il trop payé ? En tout cas, je dédierai un bâtiment de Sciences Po à sa mémoire, car je ne crache pas sur les cadavres. »

Lire la suiteLire la suite