Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les Espé « seront bien réaffirmées dans la version finale du cadre national de formation des enseignants » (MESR)

L'idée selon laquelle « l'organisation de la formation [des masters MEEF] serait assurée par les universités et non plus par les Espé » (écoles supérieures du professorat et de l'éducation) est un « malentendu que nous souhaitons dissiper », indique le MESR dans un communiqué envoyé à AEF mercredi 3 avril 2013, à la suite de la publication d'une dépêche sur la note concernant le cadre national des formations (AEF n°192470). Le MEN indique à AEF être « sur la même ligne » que le MESR.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Espé : « Nous n'allions pas tourner le dos à l'université, ni négliger l'apport des praticiens » (Vincent Peillon)

Dans le cadre de la création des Espé (écoles supérieures du professorat et de l'éducation), « nous n'allions pas tourner le dos à l'université, ni négliger l'apport des praticiens », explique le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, mercredi 27 mars 2013. Le ministre a été auditionné par la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat sur le projet de loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école, qui doit être examiné au Sénat à partir du 21 mai (AEF n°193349). Le sénateur Jacques-Bernard Magner (PS, Puy-de-Dôme) avait indiqué le 20 mars lors de la présentation des conclusions de son groupe de travail sur le prérecrutement qu'il fallait « privilégier les besoins et la volonté de l'employeur » dans les Espé, en soulignant que « l'université n'[était] pas professionnalisante et ne [voulait] pas l'être ».

Lire la suiteLire la suite