Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Bilan de la LRU : un « emballement » dans la définition des politiques de formation des universités (sénateurs D. Gillot et A. Dupont)

« La tendance au niveau national fait apparaître une forme d' ‘emballement', parmi les universités ayant acquis l'autonomie, dans la définition de leur politique de formation », indiquent le 3 avril 2013 les deux sénateurs Dominique Gillot (PS, Val-d'Oise) et Ambroise Dupont (UMP, Calvados) lors de la présentation de leur rapport sur l'autonomie des universités depuis la loi LRU, réalisé au nom de la Commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois (AEF n°192666 et n°192404). « Préoccupées d'abord par le souci de se distinguer à tout prix des autres, par des libellés de diplômes soit novateurs, soit fantaisistes et confus, certaines universités ne se sont pas penchées sur la soutenabilité financière et la pertinence pour leur environnement économique de ces nouvelles formations », ajoutent-ils.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Projet de loi ESR : « Il y aura un sujet de débat sur la suppression de l'Aeres » (sénateurs Dominique Gillot et Ambroise Dupont)

« Les évaluations menées par l'Aeres ont été un levier utile d'amélioration des pratiques dans les universités et nous n'avons pas entendu de demande de suppression de cette évaluation au sein de la communauté universitaire », déclare la sénatrice PS Dominique Gillot (Val-d'Oise), à l'occasion de la présentation à la presse du rapport écrit avec le sénateur UMP Ambroise Dupont (Calvados) sur « l'autonomie des universités depuis la loi LRU ». Cette mission leur avait été confiée en janvier 2013 par la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois (AEF n°195527). Faut-il dès lors supprimer l'Aeres comme le prévoit la loi ESR de Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ? « Il y aura un sujet de débat sur ce point », répond la sénatrice socialiste, qui sera rapporteur de la loi au Sénat (AEF n°195129). Selon elle, « seuls les chercheurs des organismes sont hostiles à l'Aeres ». « Non, il faut la garder », répond de son côté Ambroise Dupont.

Lire la suiteLire la suite
Bilan de la loi LRU : « L'heure est aujourd'hui à une clarification des responsabilités » (rapport des sénateurs D. Gillot et A. Dupont)

« La mise en œuvre de la loi LRU a démontré le besoin capital d'une coopération puissante entre la tutelle administrative et les établissements dans l'apprentissage de l'autonomie », indique le rapport sur le bilan de cette loi confié par la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois à deux sénateurs, Dominique Gillot (PS, Val-d'Oise) et Ambroise Dupont (UMP, Calvados) (AEF n°195527) et rendu public le 27 mars 2013. « L'heure est aujourd'hui à une clarification des responsabilités, afin que l'État ne soit plus appelé à la rescousse comme un remplaçant de son banc de touche », estiment les rapporteurs. Plusieurs points « appellent des modifications, des précisions, des clarifications, voire des rééquilibrages sinon financiers, du moins budgétaires, [mais] la loi LRU et les nouvelles pratiques qu'elle a entraînées en termes de collégialité, de maîtrise des fonctions support, de liberté d'action pour nouer des partenariats autour de l'université sont à préserver », indiquent-ils, ajoutant qu' « une abrogation de la loi LRU serait perçue comme une perturbation et un frein à la modernisation des pratiques expérimentées jusqu'ici ».

Lire la suiteLire la suite
Bilan de la LRU : les relations du Cevu avec le CA, le CS et les composantes en débat au colloque des vice-présidents Cevu

« Il me paraît essentiel que le Cevu (Conseil des études et de la vie universitaire) travaille en étroite concertation avec le conseil scientifique afin d'assurer la cohérence et la solidité du projet d'établissement. L'une des principales richesses de l'université réside en effet dans sa double mission formation-recherche », déclare Françoise Bévalot, membre du comité de suivi de la loi LRU et ancienne présidente de l'université de Besançon, le 13 juin 2012, en ouverture du colloque annuel du réseau des vice-présidents Cevu. Il s'est déroulé à Brest du 13 au 15 juin sur le thème « Cevu et LRU : acteurs, structures et usages » (AEF n°211741). « Une des conséquences du manque de concertation actuel entre les deux conseils est qu'on retrouve régulièrement dans les dossiers d'habilitation des redondances voire des contradictions sur tel ou tel objectif de l'établissement », indique celle qui est également conseillère d'établissement à la Dgesip.

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Le comité de suivi de la LRU recommande de privilégier l'évaluation a posteriori des licences (rapport 2011)

« Privilégier une évaluation a posteriori pour les formations de niveau L plutôt qu'un contrôle a priori lors de leur création » tout en renforçant « l'évaluation de l'offre de formation inscrite au contrat [quinquennal avec l'État] ». C'est l'une des douze recommandations du comité de suivi de la loi LRU formulées dans son rapport 2011, dont AEF a eu copie (1). Il se penche également sur la participation des membres extérieurs à l'élection des présidents d'université et invite l'État à « lever les freins à l'autonomie » (AEF n°1661669 et AEF n°222670). « Il faut veiller à ce que les diverses administrations centrales ou déconcentrées ne soient pas tentées de reprendre ce que le législateur a accordé. L'État doit accorder sa confiance aux universités et faire évoluer ses modes de dialogue », souligne le rapport. Cependant, « il serait raisonnable de conserver de manière transitoire un contrôle a priori de l'ouverture des formations de niveau M. »

Lire la suiteLire la suite