Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

DPE : un délai supplémentaire d'un mois accordé pour la validation des logiciels de calcul (ministère)

Un délai supplémentaire d'un mois est accordé aux éditeurs de logiciels calculant les DPE pour qu'ils fassent valider leur méthode de calcul auprès du ministère chargé de l'Énergie. Une information diffusée par la DHUP via un courrier officiel daté du 29 mars 2013, lequel précise qu' « il a été décidé d'autoriser, jusqu'au 1er mai 2013, l'utilisation de logiciels non validés conformes aux exigences des arrêtés DPE tels qu'ils étaient rédigés avant la réforme du dispositif ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
DPE : le ministère de l'Écologie promet un premier bilan de l'opération de « fiabilisation » pour avril 2011

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, et Benoist Apparu, secrétaire d'État chargé du Logement, rappellent, mardi 22 février 2011, « qu'un vaste plan d'actions a été engagé dès octobre dernier pour rendre plus fiable le DPE (diagnostic de performance énergétique) » (AEF Habitat et Urbanisme n°247651). La veille, une étude diffusée par l'association de consommateurs UFC-Que choisir, a mis en lumière le « caractère aléatoire » du classement énergétique des biens immobiliers dont l'affichage est obligatoire depuis le 1er janvier dans les agences immobilières (AEF Habitat et Urbanisme n°251942) : ainsi, deux maisons ont été classées dans pas moins de trois classes énergétiques différentes. Des réunions de consultation avec les fédérations de diagnostiqueurs et l'ensemble des acteurs concernés auront lieu tout au long du mois de mars et feront l'objet d'un premier bilan en avril prochain lors d'une table ronde autour de Benoist Apparu, précisent les deux ministres.

Lire la suiteLire la suite