Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« L'université de Corte gagnerait à accueillir plus d'étudiants extérieurs à l'île » (F. Demichel, Fondation de l'université de Corse)

« À titre personnel, je pense que l'université gagnerait à accueillir plus d'étudiants extérieurs à l'île, mais cela nécessite de communiquer sur les filières et sur l'environnement de travail que propose Corte », indique Francine Demichel, présidente de la Fondation de l'université de Corse, interrogée par AEF le 18 mars 2013. Créée fin décembre 2009, cette structure interne de l'université a plusieurs missions : communiquer sur les travaux de recherche engagés à Corte auprès des élus comme des entreprises, séduire des chercheurs de renommée internationale pour créer des chaires de haut niveau et récolter des fonds pour soutenir la politique d'ouverture de l'université. Francine Demichel vante également les atouts de l'île et de l'université et l'environnement de travail qu'elles proposent aux étudiants.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Université de Corse : l'Aeres pointe une offre de formation « fragilisée par des effectifs modestes » et « une attractivité faible »

L'université de Corse Pasquale-Paoli souffre d' « une offre de formation fragilisée dans certaines filières par des effectifs modestes, [d']une attractivité faible et [d']une volatilité des choix des néobacheliers ». Telle est l'une des conclusions du rapport d'évaluation de l'Aeres daté de septembre 2012. En dépit d' « initiatives positives en matière de formation, notamment les parcours d'excellence Paolitech et Paces, et les dispositifs d'insertion des étudiants », ces points faibles « fragilisent le projet pédagogique d'une offre de formation offrant un éventail complet à la jeunesse corse », relève l'agence d'évaluation qui souligne aussi « une mobilisation encore insuffisante pour limiter le nombre d'étudiants décrocheurs ».

Lire la suiteLire la suite