Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La CP-CNU vote en assemblée générale une motion contre le projet de loi ESR

La CP-CNU (Commission permanente du Conseil national des universités) a adopté en assemblée générale six motions le 29 mars dernier : une motion générale contre la loi ESR, trois relatives aux missions du CNU, en particulier en matière d'évaluation, une sur le financement de l'ESR et une sur les Espé et le master MEEF (master enseignement, éducation, formation). « Cela faisait longtemps qu'autant de motions n'avaient pas été votées en assemblée générale », explique à AEF Dominique Faudot, présidente de la CP-CNU, jeudi 4 avril 2013. Tous ces textes ont été présentés par le bureau de la CP-CNU puis amendés et votés en assemblée générale.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Réunion du MESR sur l'évaluation des unités de recherche : la CPCN et la CP-CNU proposent de constituer des « comités de visite mixtes »

« On comprend que le comité de pilotage des assises n'ait pas fait de propositions [en matière d'évaluation (AEF n°199756)] vu la complexité du sujet », aurait déclaré Yves Lévy, conseiller spécial de Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en guise de conclusion de la réunion de concertation sur « l'évaluation de la recherche » qui s'est tenue hier mardi 8 janvier 2013 au MESR. Cette réunion a été organisée par le cabinet de la ministre à la demande de la CP-CNU (Commission permanente du Conseil national des universtés) et de la CPCN (Conférence des présidents du Comité national de la recherche scientifique). Étaient présents des organisations syndicales (SNCS-FSU, Snesup-FSU, SNTRS-CGT, Ferc-Sup-CGT, Sup'Recherche-Unsa, SupAutonome, Sgen-CFDT, QSF), des organismes de recherche (CNRS, Inserm, Inra, Inria, Irstea, CEA), la CPU, l'Aeres, la Cdefi, la CP-CNU et la CPCN.

Lire la suiteLire la suite
La suppression de la qualification légitimerait le rattachement des enseignants-chercheurs à la fonction publique territoriale, selon la CP-CNU

Supprimer la qualification « conduirait à mettre en question l'appartenance des enseignants-chercheurs à la fonction publique d'État et légitimerait, à terme, leur rattachement à la fonction publique territoriale », écrit la CP-CNU (Commission permanente du Conseil national des universités) dans un « argumentaire » rédigé le 10 décembre 2012 dans le cadre des assises de l'enseignement supérieur et de la recherche, contre la proposition du comité de pilotage de supprimer la qualification (AEF n°199764). « En faisant sauter le filtrage par la commission nationale qu'est le CNU (Conseil national des universités), et en confiant la totalité de la procédure de recrutement aux établissements autonomes, le législateur ferait disparaître le volet national du concours de recrutement des maîtres de conférences et des professeurs, condition essentielle pour le maintien d'un statut national des enseignants-chercheurs », argumente la CP-CNU. « On ne peut concevoir un processus permettant d'acquérir ce statut avec le seul niveau local de reconnaissance du travail accompli. »

Lire la suiteLire la suite
Évaluation des enseignants-chercheurs : la Ferc-Sup-CGT prend acte de la motion de la CP-CNU mais déplore l'idée d'un suivi de carrière

La Ferc-Sup-CGT « prend acte » de la motion de la CP-CNU contre l'évaluation individuelle des enseignants-chercheurs (AEF n°205064), saluant « la clarté de la première partie » mais récusant « la seconde partie qui laisse encore entrevoir une volonté de maintien du principe d'une évaluation ». Dans une motion votée à 60 % des membres de l'assemblée générale du 5 octobre, la CP-CNU se prononçait en effet contre « la mise en place d'une quelconque procédure individuelle, systématique et récurrente, tant locale que nationale, d'évaluation des enseignants-chercheurs » mais précisait être « engagée dans la réflexion sur un dispositif d'accompagnement de carrière qui permettrait aux enseignants-chercheurs, sur la base du volontariat, d'être informés et conseillés sur leurs conditions de carrière et d'être soutenus dans l'exercice de leur métier ».

Lire la suiteLire la suite