Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le projet de loi ESR « menace l'action des UFR voire leur existence », estime les présidents de cinq conférences de doyens

« Dans de trop nombreux sites, les tensions sont fortes entre les UFR et les organes de gouvernance des universités. Loin de corriger cette situation néfaste, le projet de loi relatif à l'enseignement supérieur et à la recherche menace l'action des UFR voire leur existence », estiment les présidents de cinq conférences de doyens et directeurs d'UFR dans un communiqué commun daté du 3 avril 2013. Ils souhaitent que le projet de loi garantisse « la pertinence du périmètre des UFR » et renforce « les relations entre les directeurs d'UFR et le conseil d'administration », notamment à travers leur présence au CA et la généralisation des contrats d'objectifs et de moyens. Ils jugent également que la création d'un conseil de directeurs de composantes, prévue par le projet de loi, constitue une « innovation intéressante mais insuffisante ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
DÉCRYPTAGE. Gouvernance des universités (partie 5) : quel rôle et quelle place pour les composantes ?

« Le plus urgent [dans la réforme de la loi LRU] est de revoir le rôle des doyens et des directeurs de composante ou, à tout le moins, de repenser l'organisation interne des universités. » C'est le constat que dressent les chercheuses Stéphanie Mignot-Gérard (Upec) et Christine Musselin (Sciences Po-CNRS) dans une étude sur la gouvernance des universités (AEF n°207451). Dans cette optique, quels seraient alors les pouvoirs à transférer aux composantes universitaires ? Quel mode d'organisation adopter ? Après avoir abordé les questions du statut des universités (AEF n°202749), de la réforme du conseil d'administration (AEF n°202644), de la place des personnalités extérieures (AEF n°202628), et de l'articulation des différentes conseils et la notion de « sénat académique » (AEF n°202522), AEF s'intéresse, dans cette dernière dépêche de sa série sur la gouvernance des universités, au rôle et à la place des composantes (1).

Lire la suiteLire la suite