Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le Conservatoire du littoral n'a pas les moyens de protéger 20 % des côtes d'ici 2050, selon la Cour des comptes

Malgré des « progrès » depuis son contrôle du Conservatoire du littoral et la publication d'un référé en 2008, la Cour des comptes relève encore des « insuffisances », comme « l'inadéquation entre les moyens alloués et l'objectif fixé à l'horizon 2050 d'assurer la protection de 20 % du littoral métropolitain et ultra-marin ». Tel est le constat dressé par la juridiction dans son référé « sur la gestion du Conservatoire de l'espace du littoral et des rivages lacustres », rendu public jeudi 4 avril 2013, à la suite de la réponse des ministres de l'Écologie, de la Décentralisation et du Budget, à une lettre datée du 28 janvier 2013. « Pour atteindre l'objectif fixé par la stratégie 2050, soit l'acquisition de 200 000 hectares sur le territoire métropolitain et de 70 000 hectares dans les départements d'outre-mer, le conservatoire devrait voir ses ressources doubler, ce qui est manifestement irréaliste. » Aussi la cour recommande-t-elle de « réviser la stratégie 2050, afin d'adapter les objectifs d'acquisition foncière aux ressources financières et humaines susceptibles d'être affectées » au conservatoire.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Agence de la biodiversité : la mission de préfiguration propose un établissement de 1 000 agents et un budget de 150 millions d'euros

Bernard Chevassus-au-Louis et Jean-Marc Michel, préfigurateurs de l'agence de la biodiversité, plaident pour un scénario « ambitieux » consistant à créer une « Agence française pour la biodiversité » d'environ 1 000 agents et un budget de 150 millions d'euros, selon leur rapport datant de février, que s'est procuré AEF Développement durable vendredi 15 février 2013. L'établissement pourrait englober une partie du personnel de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et de l'Onema (Office national de l'eau et des milieux aquatiques), et être financée par une taxe additionnelle à la taxe sur le foncier bâti ou une redevance sur les infrastructures linéaires de transport. Le rapport doit être présenté au groupe ad hoc préfigurant le Conseil national de la transition écologique, mardi 19 février, puis à la commission du développement durable de l'Assemblée nationale le lendemain. L'agence de la biodiversité est l'une des principales annonces faites par le président de la République à l'ouverture de la conférence environnementale, le 14 septembre 2012. Elle doit être créée par la loi cadre sur la biodiversité qui doit être présentée courant 2013 en conseil des ministres.

Lire la suiteLire la suite