Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Défense : trois élus de gauche demandent la signature d'un CDT unique et proposent de remplacer l'Epadesa par une SPL dédiée

« Nous demandons la fin du régime d'exception de La Défense et le retour de l'état de droit dans lequel chacun, collectivités comme État, assume ses responsabilités », écrivent Patrick Jarry, maire (Front de gauche) de Nanterre et conseiller général des Hauts-de-Seine, Vincent Gazeilles, conseiller général (EELV), et Jean-André Lasserre, conseiller général (PS) et conseiller municipal de Courbevoie, dans une tribune intitulée « Pour un Grand Paris solidaire et durable, une (r)évolution à la Défense est primordiale », en vue du vœu qui sera débattu lors de la séance du Conseil général des Hauts-de-Seine, vendredi 5 avril 2013, concernant le devenir du quartier d'affaires de La Défense. Les signataires dénoncent « l'impasse que représente le modèle, tant urbain qu'économique, de la Défense », citant les récents rapports de la Cour des comptes critiques sur la gestion de cette OIN (opération d'intérêt national) et préconisant une réforme de la gouvernance (AEF Habitat et Urbanisme n°193802 et 196003).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Défense : « l'État doit procéder dans les meilleurs délais à une révision du dispositif » de gestion du quartier (Cour des comptes)

« Le dispositif retenu par les pouvoirs publics pour confier à De Facto [établissement public de gestion du quartier d'affaires de la Défense] l'exploitation des équipements et espaces publics fait peser sur l'Epadesa [établissement public d'aménagement de la Défense-Seine arche] et l'avenir du quartier d'affaires des contraintes excessives », estime la Cour des comptes dans un référé, publié mercredi 13 mars 2013, sur le quartier de la Défense. Les magistrats y soulignent que « la remise en état des biens engendre des coûts considérables et son financement est incertain [et] la délimitation des compétences respectives des deux établissements est mal établie, ce qui ralentit et peut même paralyser certains projets. » En conséquence, la Cour des comptes estime que « l'État doit procéder dans les meilleurs délais à une révision de ce dispositif pour instaurer entre les deux établissements des relations fondées sur la confiance et le souci commun de garantir le développement de La Défense. » Des constats et des conclusions qui avaient déjà été formulés dans le rapport public annuel de la Cour des comptes publié le 12 février dernier (AEF Habitat et Urbanisme n°196003).

Lire la suiteLire la suite
La Défense : un texte de loi sur la gestion de l'Epadesa pourrait être présenté « dès l'été » 2013 (ministère de l'Égalité des territoires)

« L'État doit réviser rapidement le dispositif législatif, réglementaire et contractuel qui régit les relations entre l'Epadesa [établissement public d'aménagement de la Défense-Seine arche] et De Facto [établissement public de gestion de la Défense] de façon, notamment, à mettre fin aux différends qui opposent les deux établissements et à régler la question de la répartition des espaces et des équipements publics et celle de la charge financière de leur remise en état. » C'est l'une des conclusions du chapitre consacré à l'Epadesa (1) du rapport annuel 2013 de la Cour des comptes, publié mardi 12 février 2013. L'institution y recommande également l'adoption « d'un document stratégique reflétant une vision partagée par l'ensemble des acteurs de l'avenir du territoire » et pointe plusieurs manquements dans la gestion de l'Epadesa, notamment en termes de dépenses de personnel et de communication. En réponse, le gouvernement assure qu'un texte de loi, ayant vocation à être examiné au Parlement « dès l'été 2013 », « reprendra le dispositif juridique pour le rendre plus efficace et pleinement sécurisant pour les deux établissements » en se fondant sur « une analyse approfondie du dispositif en vigueur et des évolutions que la situation pourrait exiger ».

Lire la suiteLire la suite
La Défense : Cécile Duflot veut revoir, par la loi, la gouvernance du quartier d'affaires

Le ministère de l'Égalité des Territoires et du Logement entend revoir la gouvernance du quartier d'affaires de La Défense « dans le cadre d'un futur texte de loi ». C'est ce qu'indique le préfet des Hauts-de-Seine dans l'intervention au nom du gouvernement qu'il a prononcée, jeudi 18 octobre 2012, lors du premier conseil d'administration de la mandature de l'Epadesa. Cette annonce intervient après la médiatisation de certains éléments de rapports (1) mettant en cause la gestion de l'établissement. Il ressort notamment de l'intervention du gouvernement que les relations entre l'Epadesa, chargé de l'aménagement du territoire, et Defacto, chargé de sa gestion et de l'entretien, « ne permettent pas de créer un cadre favorable et sécurisé pour le fonctionnement et l'image du quartier d'affaires ». Il ressort aussi que le niveau d'information du conseil d'administration de l'Epadesa, « même s'il a été amélioré, reste insuffisant », ou encore qu'il manque « une vision d'ensemble sur le territoire, issue d'une gouvernance stratégique efficace ». « Un projet cohérent doit inscrire La Défense-Seine Arche, sous l'égide de l'Epadesa, comme l'un des territoires majeurs du Grand Paris. »

Lire la suiteLire la suite