Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Association des DGS : Damien Verhaeghe prend la présidence par intérim

Damien Verhaeghe a été désigné président par intérim de l'Association des directeurs généraux des services d'établissements publics d'enseignement supérieur, après la nomination de François Paquis, DGS de l'université Paris-Descartes, à l'IGAENR (Inspection générale de l'administration de l'Education nationale et de la Recherche) (AEF n°192530). Damien Verhaeghe est DGS d'Aix-Marseille Université depuis février 2012, suite à la fusion des trois universités d'Aix-Marseille (AEF n°221821). Il était également premier vice-président de l'ADGS. Un nouveau président de l'association devrait être élu lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra à l'occasion de son colloque annuel, les 30 et 31 mai 2013 à Besançon, colloque qui aura pour thème : « Quel(s) modèle(s) économique(s) pour des universités de service public autonomes ? ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
RCE : actualiser chaque année la masse salariale, « c'est compliqué mais c'est faisable » (François Paquis)

« Il serait discutable de déterminer la politique scientifique d'un établissement en fonction du GVT (glissement vieillesse technicité) (1) », affirme à AEF François Paquis, président de l'ASG et directeur général des services de l'université Paris-Descartes (Paris-V). « En effet, il serait étonnant de demander à un comité de sélection, charger de remplacer, par exemple, un professeur de classe exceptionnelle partant en retraite, de regarder le niveau de salaire des candidats, et de choisir un maître de conférences plutôt qu'un professeur pour des raisons financières. » Il estime ainsi, comme Lionel Collet, président de la CPU (AEF n°256913), que « l'État devrait prendre en compte et compenser, dans la masse salariale des établissements, les éléments qui relèvent de sa décision, et le GVT en fait partie puisque les universités ne maîtrisent pas l'évolution des carrières des fonctionnaires. » En revanche, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, s'exprimant le 26 octobre 2010 devant des députés, considère (AEF n°257072) que désormais, « il revient à chaque université de piloter sa masse salariale et d'y intégrer son GVT » et que sa « couverture systématique par l'État est antinomique avec la notion d'autonomie ».

Lire la suiteLire la suite