Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les députés lient le principe d'un droit à la formation initiale différée au compte personnel de formation

Le compte personnel de formation est alimenté « par des abondements complémentaires, notamment par l'État ou la région, en vue de favoriser l'accès [à une qualification], en particulier pour les personnes qui ont quitté le système scolaire de manière précoce ou qui, à l'issue de leur formation initiale, n'ont pas obtenu de qualification professionnelle reconnue », prévoit l'article 2 du projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi adopté, jeudi 4 avril 2013, par les députés en séance publique (AEF n°192250) (1). L'ensemble des groupes parlementaires, à l'exception du groupe GDR (gauche démocrate et républicaine) qui s'est abstenu, ont voté en faveur de cet article qui crée le compte personnel de formation au plus tard au 1er janvier 2014 et un conseil en évolution professionnelle (AEF n°192167).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Sécurisation de l'emploi : les dispositions « formation » de l'avant-projet de loi

L'avant-projet de loi sur la sécurisation de l'emploi transmis par le gouvernement au Conseil d'État et aux partenaires sociaux lundi 11 février 2013, prévoit notamment dans son article 2 la création d'un « conseil en évolution professionnelle » pour tous les salariés. L'objectif gouvernemental reste une présentation du projet de loi en Conseil des ministres, le 6 mars prochain (1) (AEF n°196094). Cet article reprend en grande partie l'article 16 de l'ANI (accord national interprofessionnel) du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés (AEF n°198224). En revanche, le travail que les partenaires sociaux étaient censés mener dans les deux mois suivant l'entrée en vigueur de l'accord avec « notamment les Fongecif et l'Apec » n'est plus mentionné dans l'avant-projet, tout comme la priorité donnée aux salariés des PME-TPE. Par ailleurs, l'article 2 pose le principe de création d'un « compte personnel de formation » (AEF n°196074).

Lire la suiteLire la suite
ANI sécurisation de l'emploi : AEF publie le détail intégral de l'accord et ses annexes définitives

Les annexes définitives du projet d'ANI sur la sécurisation de l'emploi sont mises en ligne par AEF qui publie également un document de synthèse concernant les six titres et 28 articles du texte, ainsi que le texte intégral de l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 « pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés ». Les annexes portent sur les accords de maintien dans l'emploi (article 18), sur le cadrage du dialogue socio-économique dans le cadre de l'information des IRP (article 12) et sur l'expérimentation du contrat de travail intermittent dans les entreprises de moins de 50 salariés (article 22). Manque encore à ce jour une annexe relative à la création d'une base de données unique des informations économiques et sociales pour les entreprises, mobilisable par les IRP et l'employeur.

Lire la suiteLire la suite