Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'association Wikimédia France dénonce les « méthodes expéditives » de la DCRI pour obtenir la suppression d'un article publié sur Wikipédia

L'association française de soutien à l'encyclopédie en ligne Wikipédia, Wikimédia France, fait part de son « incompréhension » et de sa « stupeur », samedi 6 avril 2013, à la suite d'une intervention « d'agents de la DCRI » en vue de la suppression d'un article. Selon Wikimédia France, la DCRI a convoqué, jeudi 4 avril 2013, un bénévole de l'association « faisant partie des personnes ayant accès aux outils pour supprimer des pages sur l'encyclopédie » et l'a contraint à effacer un article « concernant une installation militaire française ». « Nous espérons qu'une enquête indépendante pourra faire la lumière sur ces méthodes et cette affaire », ajoute Wikimédia France. Contactée par AEF Sécurité globale, l'association indique que l'article incriminé - relatif à la station hertzienne de Pierre-sur-Haute (Puy-de-Dôme) - a été à nouveau publié sans modification dans la nuit de vendredi 5 à samedi 6 avril 2013.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Nous devons tout savoir des éventuels dysfonctionnements des services » chargés du suivi de Mohamed Merah (François Hollande)

« Nous devons tout savoir des éventuels dysfonctionnements des services concernés » par le suivi de Mohamed Merah. « Avec le ministre de l'Intérieur, j'ai voulu procéder aux premières corrections. Une réorganisation interne du renseignement a été mise en oeuvre. » (AEF Sécurité globale n°193976) C'est ce que déclare le président de la République, François Hollande, dimanche 17 mars 2013. Il s'exprimait à Toulouse lors d'un hommage aux victimes de Mohamed Merah. Ce dernier a tué sept personnes entre le 11 mars et le 19 mars 2012 en Midi-Pyrénées (AEF Sécurité globale n°218713). Le président ajoute que l'objectif de cette réorganisation « est de renforcer le lien entre tous les services, services territoriaux, services centraux. L'information sera croisée, recoupée autant qu'il sera nécessaire, partagée ».

Lire la suiteLire la suite
La DGSE « est la première à réclamer un contrôle de ses activités » (Érard Corbin de Mangoux)

« Si le secret est au cœur de son travail, la Direction générale de la sécurité extérieure est la première à réclamer un contrôle de ses activités. » C'est ce qu'indique son directeur, Érard Corbin de Mangoux, lors de son audition par la commission de la Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale, mercredi 20 février 2013, dont le compte-rendu a été mis en ligne début mars. Il se « félicite en particulier de la création, en 2008, de la DPR (Délégation parlementaire au renseignement), qui vient s'ajouter aux dispositifs de contrôles déjà existants », tels que la Commission nationale de l'informatique et des libertés. « Si nous pouvons présumer que les orientations du prochain Livre blanc proposeront de renforcer la capacité de contrôle de la DPR, il existera toujours une 'ligne rouge constitutionnelle' prohibant toute divulgation d'éléments relatifs aux opérations en cours », souligne-t-il.

Lire la suiteLire la suite
La DCRI doit « en finir avec un fonctionnement corporatiste » et travailler avec d'autres spécialistes (Patrick Calvar)

« Nous devons en finir avec un fonctionnement corporatiste », affirme Patrick Calvar, directeur central du renseignement intérieur, mardi 26 février 2013. Il s'exprimait lors d'une audition devant la commission de la Défense nationale de l'Assemblée nationale, dont le compte-rendu a été publié lundi 11 mars 2013. Le directeur pointe le « caractère trop policier » de l'institution. « Appartenir à la police nationale a pour avantage que nous exploitons les informations et les renseignements recueillis par les forces de police et de gendarmerie partout sur le territoire. Mais comment des fonctionnaires de police, dont ce n'est ni la vocation ni la formation, peuvent-ils traiter des questions économiques et financières ? Nous devons ouvrir notre service à d'autres spécialistes », explique-t-il.

Lire la suiteLire la suite