Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Institut Villebon Georges Charpak (Idefi) : « Les UE ne seront pas disciplinaires mais à cheval sur 3 à 4 disciplines » (I. Demeure)

L'équipe pédagogique de l'institut Villebon Georges Charpak a « beaucoup travaillé sur l'organisation de la formation qui est originale, puisque les UE (unités d'enseignement) ne seront pas disciplinaires mais toujours à cheval sur trois à quatre disciplines. Par exemple, l'une d'entre elles s'intitule 'molécules - cellules : qu'est-ce que la vie ?'. Ainsi élaborée, cette thématique permet d'aborder des notions de biologie, de chimie, mais aussi de SHS. En outre, les séances seront souvent menées par deux enseignants issus de disciplines différentes et préparées collégialement. » Voilà ce qu'explique Isabelle Demeure, responsable de la formation de l'institut Villebon Georges Charpak et professeur à Telecom ParisTech, lors d'un entretien à AEF le 25 mars 2013, en présence de Bénédicte Humbert, déléguée à la diversité à ParisTech. Celle-ci rappelle que « l'institut a été labellisé idefi pour un montant de 2,5 millions d'euros sur cinq ans » et s'inscrit dans une démarche d' « ouverture sociale ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
ParisTech rationalise son budget et se recentre sur le recrutement international, l'ouverture sociale et la formation à l'innovation

« Le budget de ParisTech a été voté pour 2013 et a été sécurisé pour les trois prochaines années, avec l'engagement des 12 écoles membres de verser une cotisation de 60 000 euros par an en moyenne et de mettre à disposition de la structure douze permanents », indique à AEF Yves Poilane, directeur général de Télécom ParisTech et président par intérim du PRES ParisTech (AEF n°210129). Ce budget de fonctionnement, qui s'entend hors projets financés à part, tels que ParisTech Shanghai Jiao-Tong (AEF n°205969), l'Institut Villebon Georges-Charpak (AEF n°232338) ou encore Icare (Institut sino-européen pour les énergies propres et renouvelables, AEF n°213756), s'élève à 1 million d'euros annuel. « Le reste de la dotation d'amorçage du PRES, c'est-à-dire 600 000 euros, sera épuisé dans trois ans. Il nous faudra trouver des relais de financement dès 2014-2015, mais nous ne sommes plus dépendants de l'État pour financer ParisTech et n'avons pas l'intention de lui demander de nouvelles ressources », précise Yves Poilane.

Lire la suiteLire la suite
ParisTech, Paris-Sud XI et Paris-Descartes envisagent de créer un institut de formation post-bac « Villebon-Georges Charpak »

« ParisTech et les universités Paris-Sud et Paris-Descartes se sont associés pour créer un nouvel institut de formation post-bac, en partenariat avec des entreprises : l'Institut Villebon-Georges Charpak », indique le projet d'idex qui présenté par la FCS « Campus Paris-Saclay » lors du second tour de l'appel à projets « initiatives d'excellence », le 20 septembre 2011, et qu'AEF s'est procuré (AEF n°232413). « Ouvert à de petites promotions (90 élèves/an), cet institut conduit à une licence et a pour vocation d'être une structure pilote d'innovation pédagogique, transposable à terme dans d'autres campus. Cet institut s'adresse à des bacheliers scientifiques ou technologiques, dotés d'un fort potentiel et d'une grande curiosité intellectuelle qui ne trouvent pas bien leur place dans un cadre scolaire qui privilégie souvent la théorie à l'expérimentation. » Ce projet doit permettre de « diversifier les profils des étudiants qui intègrent » les établissements fondateurs, notamment les grandes écoles d'ingénieurs membres du PRES ParisTech (1).

Lire la suiteLire la suite