Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'objectif de 50 % de bacheliers technologiques en IUT produira « des effets pervers » (SupAutonome)

« Si l'on veut parvenir à cet objectif des 50 % [de bacheliers technologiques dans les IUT], c'est toute la filière technologique en amont de l'IUT qu'il faut reconsidérer », estiment Michel Gay, secrétaire général, et Jean-Louis Charlet, président de SupAutonome, dans un communiqué du 2 avril 2013 intitulé « Qui veut casser l'ascenceur social ? ». Le syndicat, membre de la CSEN (Confédération syndicale de l'Éducation nationale), « propose la création d'un parcours de réussite différencié pour tous les étudiants et la création d'une véritable filière technologique. Tout cela exige des moyens et une volonté. [Or] les moyens sont inexistants et la volonté se limite trop souvent à des discours convenus. » En tant que tel, l'objectif de 50 % « est irréaliste et produira à très court terme des effets pervers ». SupAutonome explique ce que seront, selon lui, ces « effets pervers » et anticipe « la future argumentation » du ministère.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Le projet de loi ESR introduit des « pourcentages minimaux » de bacheliers technologiques et professionnels dans les IUT et STS

Le « pourcentage minimal » remplace la « priorité d'accès » pour les bacheliers technologiques en IUT et pour les bacheliers professionnels en les STS : c'est l'une des modifications introduites dans la version du projet de loi ESR présentée en conseil des ministres mercredi 20 mars 2013, après passage en Conseil d'État. Au total, le projet comporte 20 mesures faisant l'objet de 69 articles (1). Son examen en séance publique à l'Assemblée nationale débutera le 27 mai. Cette modification relative au « pourcentage minimal » avait été évoquée à l'occasion d'un point presse le 18 mars par Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui avait utilisé le terme de « quotas » (AEF n°193459). Autre changement relatif à la coordination du service public de l'enseignement supérieur : la référence à la représentation du ministère chargé de l'enseignement supérieur dans les CA des établissements relevant d'autres ministères disparaît.

Lire la suiteLire la suite