Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Stages : « La réflexion sera suffisamment mûre pour élaborer un texte global avant les vacances d'été » (Michel Sapin)

« Si nous voulons traiter tous les aspects du problème [de l'utilisation abusive des stages] (...), il faut le faire par un texte global sur ce sujet. Nous y travaillons de manière très précise avec Geneviève Fioraso, » ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Voilà ce qu'indique Michel Sapin, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, jeudi 4 avril 2013, lors de l'examen en séance publique à l'Assemblée nationale du projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi. Le ministre poursuit : « Avant les vacances d'été, la réflexion sera suffisamment mûre pour élaborer un texte qui réponde ponctuellement mais globalement à tous les aspects qui doivent être abordés. » Il pourra s'agir « d'une proposition de loi », précise-t-il. À l'occasion de cet examen, l'ensemble des amendements portant sur les stages inclus dans des formations de l'enseignement supérieur - cinq au total - ont été rejetés ou retirés. Ce texte de loi transcrit dans le code du travail l'accord sur l'emploi signé en janvier entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Stages : l'Ugict-CGT demande « un statut du stagiaire ». Génération précaire veut « du concret »

« L'Ugict-CGT se félicite de l'annonce de l'ouverture d'un chantier sur les stages », indique cette organisation dans « ses propositions adressées à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche », à la veille de son entrevue avec le cabinet le 13 mars 2013. Geneviève Fioraso avait déclaré le 7 mars vouloir rendre « pleinement effective l'interdiction des stages hors cursus, au besoin en révisant le décret du 25 août 2010 qui prévoit des exceptions trop larges à cette règle de bon sens » (AEF n°194170). Au lendemain de cette entrevue, l'organisation indique que le MESR lui a présenté « des premières pistes intéressantes (…) reprenant les propositions portées de longue date par l'Ugict et notamment : la réelle interdiction des stages de plus de six mois, la mise en place d'un quota maximal de stagiaires par entreprise, la généralisation de l'obligation de gratifier les stages de plus de deux mois (y compris dans le secteur médico-social et les collectivités territoriales), l'inscription des stagiaires sur le registre unique du personnel ».

Lire la suiteLire la suite
Stages : François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly répondent à l'Unef et à l'Ugict-CGT

François Hollande (PS), Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et Eva Joly (Europe Écologie les Verts) répondent à la lettre commune que l'Ugict-CGT et l'Unef ont adressé aux dix candidats à l'élection présidentielle portant sur les problèmes liés à l'emploi des jeunes diplômés. Cette lettre faisait suite à une tribune rendue publique le 11 avril dernier (AEF n°217221). Ces trois candidats se prononcent notamment sur les stages et l'aide à l'insertion.

Lire la suiteLire la suite
Jeunes diplômés : l'Unef et l'Ugict-CGT proposent la tenue d'un « Grenelle des qualifications »

« Nous appelons les candidats à l'élection présidentielle à élaborer une loi cadre pour l'emploi des jeunes, visant à élever le niveau de qualification et à garantir l'accès à un emploi stable », déclarent Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l'Ugict-CGT et Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, dans une tribune rendue publique mercredi 11 avril et publiée sur le site internet « Le cercle Les Échos ». Ils déplorent que « les jeunes diplômés […] doivent attendre en moyenne l'âge de 27 ans pour accéder à un emploi stable », que « le pourcentage de jeunes diplômés de l'enseignement supérieur recule » et assurent que « pour la première fois, une génération s'apprête à moins bien vivre que ses parents ». Ce même jour, l'Unef et l'Ugict-CGT organisent deux tables rondes sur les jeunes diplômés.

Lire la suiteLire la suite