Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

56% des universités européennes ont mis en place une stratégie d'internationalisation (enquête de l'EUA)

Plus d'une université européenne sur deux (56 %) ayant répondu à une enquête de l'EUA déclare avoir mis en place une stratégie d'internationalisation et plus d'une sur dix (13 %) a « l'intention d'en développer une ». 30 % disent avoir intégré l'internationalisation dans le cadre d' « autres stratégies ». Cette enquête est publiée mardi 9 avril 2013, deux jours avant le colloque annuel de l'EUA (association européenne des universités) prévu les 11 et 12 avril 2013 à Gand (Belgique). Sur l'ensemble des universités ayant répondu « toutes, à l'exception d'un établissement, estiment que leurs stratégies ont eu un impact positif sur l'internationalisation de leurs établissements, notamment en ce qui concerne le développement de partenariats, la mobilité sortante des étudiants, l'enseignement en anglais, l'attractivité auprès des étudiants étrangers et le développement des opportunités de mobilité pour le personnel ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Bureau exécutif de l'EUA : Louis Vogel retire sa candidature car il n'est « plus à la tête d'un établissement d'enseignement supérieur »

« J'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection du bureau exécutif de l'EUA (Association européenne des universités », indique à AEF Louis Vogel, ancien président de la CPU et de l'université Paris-II Panthéon-Assas, jeudi 14 mars 2013. « Cela est lié à ma décision de retirer ma candidature à l'élection du directeur de Sciences Po (AEF n°195004) », explique-t-il. « N'étant plus à la tête d'un établissement d'enseignement supérieur, je serai éloigné des fonctions de direction. Or il faut exercer des responsabilités » pour être membre du bureau exécutif, ajoute-t-il. « Cela n'a rien à voir avec l'EUA en soi, c'est simplement la conclusion logique des événements récents », précise-t-il, indiquant que cette candidature européenne « faisait partie d'un ensemble ».

Lire la suiteLire la suite
Sciences Po : le comité de recherche va se réunir à nouveau après le retrait de Louis Vogel ; il pourrait « repêcher » des candidats

« Le conseil de direction [de l'IEP de Paris] a décidé de se retrouver jeudi 28 février afin d'auditionner les candidats au poste de directeur de l'IEP et administrateur de la FNSP sélectionnés par le comité de recherche (AEF n°195040). [Ce dernier] doit se réunir avant jeudi 28 février afin d'examiner la situation créée par le retrait de la candidature de Louis Vogel (AEF n°195004) », indique Sciences Po Paris dans un communiqué, lundi 25 février 2013. « Le conseil d'administration de la FNSP et le conseil de direction de l'IEP de Paris se réuniront vendredi 1er mars pour choisir la personnalité qui sera proposée au gouvernement comme administrateur et directeur de Sciences Po. »

Lire la suiteLire la suite
Assises ESR : Lesley Wilson (EUA) s'interroge sur « l'écart qu'il pourra y avoir entre les attentes et les propositions qui ressortiront »

Les assises de l'enseignement supérieur et de la recherche représentent un « vrai défi » en raison « du nombre de positions différentes qui sont mises en avant », estime Lesley Wilson, secrétaire générale de l'EUA (association européennes des universités) dans un entretien à AEF en octobre 2012. Après avoir été auditionnée, début septembre 2012 par le comité de pilotage des assises, elle revient sur les positions de l'association rassemblées dans une contribution rendue publique le 1er octobre 2012. Interrogée sur le fonctionnement des assises, elle dit n'avoir « jamais vu un processus aussi ouvert [qui] englobe à ce point tous les acteurs », mais remarque : « Il est très bien d'interroger les uns et les autres, mais en fin de compte, il faudra prendre des décisions. » Elle s'interroge donc sur « l'écart qu'il pourra y avoir entre les attentes que suscitent cette concertation et les propositions qui en ressortiront ». Elle insiste également sur le fait que « les universités sont très différentes les unes des autres et ont des besoins qui ne sont pas les mêmes d'un établissement à l'autre. Cela devrait conditionner le reste. »

Lire la suiteLire la suite