Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La CPU et ses homologues allemandes et polonaises demandent de ne pas intégrer les dépenses d'ESR dans le calcul du déficit national

« Investir en priorité dans la modernisation et le développement de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation » : voilà ce que demandent « solennellement à leurs gouvernements nationaux et à l'Union européenne » trois conférences de recteurs - la CPU française, la HRK allemande et la KRASP polonaise - dans une déclaration commune le 11 avril 2013. « Le programme 'Horizon 2020' doit dépasser le seuil des 71 milliards d'euros, actuellement en question », et « les budgets nationaux ne doivent pas intégrer dans le calcul de la limite du déficit à 3 % du PIB les investissements dans la modernisation et le développement de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation », poursuivent-elles.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Financement de l'enseignement supérieur : 15 pays européens sur 28 ont opéré des coupes budgétaires en 2012 (Eurydice)

« Près de la moitié des 28 pays étudiés ont réduit – à prix constants – la part de leurs budgets [destinés à l'enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie] en 2011. » C'est l'un des constats que dresse Eurydice (1) dans un rapport publié jeudi 21 mars 2013 et intitulé : « Financement de l'éducation en Europe 2000-2012 : l'impact de la crise économique ». Selon cette étude, « les réductions les plus importantes ont été observées en Slovaquie (environ 15 %), tandis que des baisses de plus de 5 % ont été décidées en République Tchèque (hors financement de la R&D), en Irlande, en Italie, au Royaume-Uni (Irlande du Nord) et en Islande ». En ce qui concerne les chiffres de 2012, qui ne sont pas tous disponibles, quinze pays ont réduit la part de leur budget destinée à l'enseignement supérieur. « Les coupes budgétaires les plus importantes sont intervenues à Chypre et en Lituanie (plus de 30 %) ainsi qu'en Grèce ». De son côté, la France a connu – à prix constants – une baisse de 0,2 % de son budget consacré à l'enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie entre 2010 et 2011. Ce budget est en revanche resté stable entre 2011 et 2012.

Lire la suiteLire la suite
Moyens des universités : l'ESR doit être sanctuarisé au même titre que l'Éducation nationale (Jean-Loup Salzmann, CPU)

« L'enseignement supérieur et la recherche doivent être sanctuarisés sur le plan budgétaire au même titre que l'Éducation nationale, la police et la justice », déclare à AEF Jean-Loup Salzmann, président de la CPU (Conférence des présidents d'université), jeudi 21 mars 2013 à l'issue de la séance plénière de la conférence. La CPU a adopté à l'unanimité une motion sur les moyens des universités, faisant part de ses « fortes inquiétudes » après l'arrivée début mars de la notification des dotations aux établissements. « L'enseignement supérieur et la recherche doivent aussi être considérés, au niveau européen, comme des investissements, pas comme des dépenses, et sortis du périmètre de la dette. » Autrement dit, les États doivent « sortir » ces investissement du calcul du déficit à moins 3 % de PIB. « Nous y travaillons avec notre homologue allemande, la HRK », précise Jean-Loup Salzmann.

Lire la suiteLire la suite
Budget 2014-2020 de l'UE : le Parlement européen rejette le projet adopté en février par le Conseil

Le Parlement européen rejette le projet de budget pluriannuel 2014-2020 proposé par le Conseil européen (AEF n°195640), mercredi 13 mars 2013. Il adopte en effet une résolution rejetant les conclusions du Conseil européen des 7 et 8 février derniers par 506 voix pour, 161 voix contre et 23 abstentions. « Tout en acceptant les plafonds », les députés européens exigent que des modifications soient apportées au projet, demandant « un budget plus moderne et plus efficace », explique le Parlement dans un communiqué. Les chefs d'État et de gouvernement s'étaient engagés à accroître en termes réels les moyens financiers consacrés au programme de recherche de l'UE 'Horizon 2020' et au programme 'Erasmus pour tous' ».

Lire la suiteLire la suite
Budget 2013 : les universités doivent contribuer au « redressement des comptes publics » à hauteur de 2,6 % des crédits Sympa, calcule la CPU

« Ce que nous avions annoncé en décembre dernier (AEF n°199957) se réalise : les crédits 2013 des universités sont en baisse », déclare à AEF Gérard Blanchard, vice-président de la CPU (Conférence des présidents d'université) et président de l'université de La Rochelle, lundi 11 mars 2013. Les universités, qui viennent de recevoir leur notification budgétaire détaillée de la part du ministère, ont découvert « une nouvelle ligne » intitulée « contribution au redressement des comptes publics », qui correspondrait selon les calculs de la CPU à 2,6 % des crédits déterminés par le modèle d'allocation des moyens Sympa. « Cela représente une somme de 300 000 euros pour mon université », illustre Gérard Blanchard. Cette somme est prise sur les crédits de fonctionnement notifiés aux universités.

Lire la suiteLire la suite
Financement des universités : la situation en Europe « n'est pas viable », selon l'EUA

L'Europe « est divisée en deux en ce qui concerne le financement de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la période 2008-2012 », constate l'EUA (Association européenne des universités), dans la version actualisée de son « observatoire du financement ». Ce document a été mis en ligne jeudi 21 juin 2012, quelques jours après le forum sur le financement de l'enseignement supérieur, organisé à Salzbourg (Autriche) entre le 11 et le 12 juin 2012 (AEF n°212633). Selon les observations de l'EUA, « les pays au Nord et à l'Ouest de l'Europe se portent mieux, en règle générale, que les pays du Sud et de l'Est ». Les pays du Nord et de l'Est tendent par ailleurs à « afficher une plus forte dépense dans ce domaine, par rapport à leur PIB », ce qui a pour conséquence de « rendre la situation d'autant plus préoccupante puisque les différences en sont exacerbées ». Tout en notant des « exceptions » (des « tendances positives en Pologne et en Slovaquie » et « des réductions en Islande, en Irlande et aux Pays-Bas »), l'EUA juge que « la situation n'est pas viable, ni pour les pays concernés, ni pour l'Europe elle-même ».

Lire la suiteLire la suite