Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Risques industriels : Delphine Batho annonce douze mesures pour accélérer la mise en oeuvre des PPRT

La ministre de l'Écologie annonce, jeudi 11 avril 2013, « douze mesures concrètes » pour accélérer la mise en oeuvre des PPRT (plans de prévention des risques technologiques), créés il y a dix ans par la loi Bachelot suite à la catastrophe d'AZF, et dont seulement 56 % sont pour l'heure approuvés (404 des 407 plans étant prescrits). « J'ai adressé aujourd'hui une circulaire aux préfets sur un planning ambitieux de réalisation des PPRT », indique Delphine Batho qui vise 75 % d'approbation fin 2013, puis 95 % fin 2014. Les mesures comprennent la création de « task force » des directions départementales des territoires afin de « renforcer les capacités d'intervention et d'accompagnement des agents pour les procédures complexes », la possibilité d'un cofinancement (industriels, État, collectivités) pour les coûts de démolition des bâtiments expropriés, aujourd'hui à la seule charge des collectivités ou encore l'accompagnement des riverains « pour qu'ils puissent bénéficier de micro-crédit et des aides de l'Anah pour le financement des travaux ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Risques industriels : les collectivités ont des difficultés à influer sur le déroulement d'un PPRT (étude Amaris-Ineris)

Les collectivités ont des difficultés à influer sur le déroulement des PPRT (plans de prévention des risques technologiques), du fait de « la complexité technique et administrative de la procédure », ainsi que de « l'omniprésence de l'État », selon l'enquête « Interprète » réalisée par l'Amaris (Association nationale des communes pour la maîtrise des risques technologiques majeurs) et l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), publiée mercredi 20 février 2013 et relayée par Localtis. Les deux organisations ont mené une série d'entretiens dans cinq collectivités (1) concernées par ces plans de protection des riverains d'installations industrielles dangereuses, engagés après la catastrophe d'AZF par la loi Bachelot de 2003.

Lire la suiteLire la suite
PPRT : les députés légifèrent sur la clé de répartition du financement des travaux des particuliers (PLF 2013)

Les députés ont adopté, vendredi 9 novembre 2012, dans le cadre de l'examen du PLF (projet de loi de finances) 2013, les crédits de la mission « écologie, développement et aménagement durables ». Ils ont également adopté un amendement gouvernemental visant à « assurer la pleine réalisation » de l'accord national signé en mars 2012 (AEF Habitat et Urbanisme n°218393) pour financer les travaux incombant aux particuliers dans le cadre des PPRT (plans de prévention des risques technologiques). Cet accord prévoit que les collectivités, représentées par Amaris (Association nationale des communes pour la maîtrise des risques technologiques majeurs), et les industriels, représentés par l'Ufip (Union française des industries pétrolières) et l'UIC (Union des Industries Chimiques), contribuent respectivement à hauteur de 25 % du coût des travaux. Le taux couvert par l'État sous forme d'un crédit d'impôt, à l'époque 30 %, a déjà été rehaussé à 40 % dans le PLF (AEF Habitat et Urbanisme n°204170). Les riverains des sites industriels dangereux devront donc financer 10 % des travaux, qui peuvent aller jusqu'à 20 000 euros par habitation.

Lire la suiteLire la suite