Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Manuel Valls écarte l'idée d'une fusion des corps de commissaires et d'officiers de police et maintient le concours externe de commissaire

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, écarte l'idée d'une fusion des corps de commissaires et d'officiers de la police nationale et maintient le concours externe de commissaire. C'est ce qu'annonce le directeur général de la police nationale, jeudi 11 avril 2013, aux représentants des syndicats représentatifs réunis pour le lancement d'une « concertation pluriannuelle de modernisation de la police nationale ». La décision de Manuel Valls fait suite à deux rapports de l'IGA et de l'IGPN publiés en 2012, selon lesquels une fusion des corps n'est pas judicieuse (AEF Sécurité globale n°200851 et n°220975). Le ministre de l'Intérieur décide néanmoins d'augmenter le nombre de postes de commissaires offerts aux officiers de police en interne via la voie d'accès professionnelle, rapportent les syndicats (1). Ainsi, si le ministère de l'Intérieur obtient l'aval de Bercy, quinze postes de commissaires supplémentaires seront ouverts aux officiers, précise Claude Baland. Actuellement, environ 20 commissaires sont recrutés chaque année par concours externe et 20 autres le sont par les voies internes. Ce chiffre devrait donc être porté à 35 à l'avenir si le volume de recrutement reste inchangé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Police nationale : le détail des constats et des hypothèses formulés par le rapport de l'IGA et de l'IGPN sur la fusion des corps

Un « allongement de la durée des carrières » avec un « engorgement des grades terminaux lié à l'accélération des passages de grade et au report des départs en retraite » ou encore une « confusion entre le grade et la fonction qui entretient le malaise chez les officiers ». Tels sont quelques-uns des constats de la mission d'inspection commune réalisée par l'IGA et l'IGPN entre mai 2011 et février 2012 sur les corps d'officiers et de commissaires de la police nationale. Dans leur rapport « sur l'harmonisation des filières métiers et l'adaptation de la fonction hiérarchique dans la police nationale », présenté aux syndicats de police par Claude Guéant le 28 février dernier et dont AEF Sécurité globale avait dévoilé les grandes lignes quelques jours plus tôt (AEF Sécurité globale n°220975), les inspections recommandent le maintien de deux corps d'officiers et de commissaires distincts « en poussant pleinement la logique de la voie d'accès professionnelle ». Le ministre de l'Intérieur a demandé un « rapport complémentaire » sur la question qui doit être remis en juin 2012 (AEF Sécurité globale n°220343).

Lire la suiteLire la suite
Les réactions des syndicats de commissaires et d'officiers aux travaux de l'IGA sur le rapprochement des corps

« Le rapport n'empêchera pas Synergie de poursuivre son combat et de continuer de revendiquer la fusion des corps d'officiers et de commissaires », déclare Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie officiers, à AEF Sécurité globale. Il réagit à la publication par AEF Sécurité globale, lundi 20 février 2012, de la synthèse du rapport piloté par l'inspection générale de l'administration sur le rapprochement des corps de commissaires et d'officiers de la police nationale (AEF Sécurité globale n°220975). Ce document préconise le maintien de deux corps distincts « en poussant pleinement la logique engagée avec la voie d'accès professionnelle ». « Ce rapport est un acte administratif, technocratique. Or la décision finale ne peut être que politique. Nous attendons donc la réunion avec le ministre de l'Intérieur le 28 février 2012 », commente Patrice Ribeiro. Et d'ajouter : « Synergie ne se fait guère d'illusions quant au contenu du rapport intégral, dont la synthèse reprend mot pour mot les arguments du Syndicat des commissaires de la police nationale. Nous doutons de l'impartialité et de la neutralité de la mission. »

Lire la suiteLire la suite