Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Les brevets ont un coût important, qui relativise l'idée qu'ils pourraient financer la recherche académique » (Julien Barrier, ENS Lyon)

« Le maintien des portefeuilles de brevets a un coût important, ce qui relativise l'idée qu'ils pourraient être une source de financement pour la recherche académique », explique Julien Barrier, maître de conférences en sociologie à l'ENS Lyon, lors d'un séminaire sur « les transformations de l'ESR en France depuis les années 1960 », qu'organise l'École normale supérieure lyonnaise de février à avril 2013 (AEF n°194040 et n°192261). « Pendant longtemps, 90 % des revenus de brevets du CNRS venaient d'une poignée de licences », sur des médicaments anti-cancéreux, le Taxotère et la Navelbine (AEF n°279844). « En 2007, un rapport conjoint de l'IGAENR et de l'IGF avait montré que si on regardait les coûts de maintien des brevets en enlevant les ressources de ces quelques licences, la valorisation du CNRS aurait été déficitaire », rappelle Julien Barrier.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Brevets : les PME et les ETI augmentent leurs dépôts respectivement de 8 % et 6 % en 2011 (étude de l'Inpi)

« Les PME sont à l'origine de 2 559 demandes de brevets publiées en 2011, issues de dépôts par la voie nationale, soit 24 % de l'ensemble. » C'est ce qu'indique l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle) dans une étude intitulée « Les PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire) déposantes de brevets », publiée lundi 24 septembre 2012. « Entre 2007 et 2010, les brevets des PME et des ETI ont connu une forte progression, respectivement 18 % et 112 % », fait observer l'étude. « En 2011, cette progression se confirme, les brevets des PME progressant de près de 8 % et les brevets des ETI de plus de 6 %. En effet, près du quart des demandes de brevets publiées en 2011 par la voie nationale par des personnes morales françaises ont été effectuées par des PME ou des ETI », détaille l'Inpi. Au total, les personnes morales françaises représentent plus de 74 % des 14 583 demandes de brevets publiées en 2011 par la voie nationale. Les autres demandes proviennent à parts quasi égales d'entreprises étrangères (11,2 %) et de personnes physiques (14,6 %).

Lire la suiteLire la suite
CNRS : le montant des redevances liées aux brevets et licences devrait atteindre 100 millions d'euros en 2013

Le CNRS a « bon espoir » de bénéficier d'environ 100 millions d'euros de redevances grâce à ses brevets et licences d'ici 2013, confie à AEF Marc Ledoux, directeur de la politique industrielle. Il confirme ainsi l'information figurant dans le budget primitif 2010 de l'organisme (AEF n°280240), qui s'élève au total à 3,1 milliards d'euros. « Cette estimation se fonde sur un, deux ou trois blockbusters dont nous pensons qu'ils pourront remplacer le Taxotère (médicament anti-cancéreux), dont les redevances, soumises aux fluctuations du dollar, nous ont rapporté 44 millions d'euros l'an dernier et 50 millions d'euros cette année ». Le Taxotère, qui tombera dans le domaine public en 2011, représente l'essentiel des revenus générés par les brevets du CNRS.

Lire la suiteLire la suite