Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le décrochage concerne 13,4 % des hommes et 9,8 % des femmes de 18-24 ans en France en 2012 (Commission européenne)

En 2012 en France, 13,4 % des hommes et 9,8 % des femmes de 18-24 ans « possédant au mieux un niveau d'enseignement du premier cycle du secondaire [niveau collège] et ne poursuivant ni études, ni formation », selon une étude Eurostat (1), publiée le 11 avril 2013. En moyenne, ce taux atteint 11,6 % en France et 12,8 % dans l'Union européenne à 27. L'objectif est d'atteindre en 2020 un taux de décrochage inférieur ou égal à 9,5 % en France et 10 % en UE.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Des réseaux « formation emploi » pour lutter contre le décrochage scolaire

À la rentrée scolaire 2013, en appui des « réseaux objectif formation emploi », « des référents 'décrochage scolaire' sont nommés dans les établissements du second degré à fort taux d'absentéisme et de décrochage », indique un projet de circulaire relative à la mise en place des « réseaux objectif formation emploi » (Rofe) daté du 22 mars 2013, dont AEF a eu connaissance (AEF n°200815). Le titre initialement prévu de « réseaux objectif formation emploi » pourrait finalement, dans la version définitive de la circulaire, introduire l'idée de qualification, à la suite des propositions formulées en groupe de travail par des organisations syndicales le 26 mars. Vincent Peillon doit d'ailleurs annoncer la mise en place de réseaux « formation qualification emploi » (Foquale) jeudi 4 avril lors d'un déplacement à Calais (Pas-de-Calais), pour visiter la plate-forme de suivi et d'appui aux décrocheurs de l'académie. Le ministre de l'Éducation nationale s'est fixé comme objectif d'offrir une solution de retour en formation à 20 000 jeunes d'ici la fin de l'année 2013.

Lire la suiteLire la suite
Orientation : Vincent Peillon veut « raccrocher » 20 000 des 140 000 décrocheurs en 2013

« Une étude montre que sur 140 000 décrocheurs, 9 500 » jeunes sont actuellement « raccrochés », déclare Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale, au micro de RTL, mardi 4 décembre 2012. « En 2013, nous allons passer à 20 000 » et conformément au programme électoral de François Hollande, qui veut diviser par deux le nombre de décrocheurs à la fin du quinquennat, ces élèves raccrochés devraient être 70 000 en 2017, poursuit le ministre. Vincent Peillon et George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative, assistent ce mardi à un séminaire national de lutte contre le décrochage scolaire, en présence notamment de François Bonneau, président de la région Centre et de la commission éducation de l'ARF et de Martin Hirsch, président de l'Agence nationale du service civique.

Lire la suiteLire la suite
Le taux d'abandon scolaire passe de 13,3% en 2000 à 12% en 2011 (Eurostat)

En France, le taux d'abandon d'études, ou de décrochage (1), est passé de 13,3 % en 2000 à 12,8 % en 2010 puis à 12 % en 2011, indique Eurostat, office statistique de la Commission européenne, dans son « Enquête sur les forces de travail », datant de 2012. Pour ces mêmes années, la moyenne dans l'Union européenne à 27 atteint respectivement 17,6 %, 14,1 % et 13,5 %. Dans le cadre de la stratégie Europe 2020, les pays de l'UE à 27 se sont fixés comme but d'atteindre en moyenne un taux d'abandon « égal ou inférieur à 10 % en 2020 ». Pour la France, cet objectif est fixé à 9,5 %. Pour la Commission européenne, en matière de « lutte contre l'abandon des études » et d' « augmentation du nombre de diplômés en Europe », si « des progrès ont été réalisés, […] il reste du chemin à parcourir » et même, « il n'est pas du tout certain que l'Union européenne atteindra les objectifs fixés pour 2020 ».

Lire la suiteLire la suite