Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Jean-Louis Missika : « La résistance de Paris à la crise est en partie liée à l'existence de jeunes entreprises innovantes très actives »

« L'un des objectifs quantitatifs de la mandature de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris était d'investir, foncier inclus, un milliard d'euros dans l'innovation et la recherche, car c'est son degré d'investissement dans l'économie de la connaissance qui caractérise une 'ville-monde'. Il faudrait que lors de la prochaine mandature, la même somme (au moins) soit investie à nouveau dans ce secteur », déclare Jean-Louis Missika, adjoint (PS) au maire de Paris chargé de l'innovation, de la recherche et des universités, lors d'un déjeuner de presse destiné à dresser un bilan de son action à cette fonction, le 10 avril 2013 (AEF n°191856). « Sur le plan qualitatif, reprend-il, nous avons voulu nous inspirer des expériences étrangères, et notamment de celle du Technion, en Israël, d'où nous avons tiré deux leçons en particulier : d'une part, il faut que les incubateurs soient créées dans les universités, et non pas à l'extérieur ; d'autre part, il faut que les subventions aillent aux sociétés incubées et non à l'association qui gère l'incubateur. C'est ce que nous avons fait via le fonds Paris innovation amorçage, qui permet aux jeunes entreprises innovantes de choisir l'incubateur où elles veulent être hébergées et de payer leurs services. » (AEF n°241733)

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Les PME bénéficient de 2 milliards d'euros de soutien public à la R&D en 2010, dont 1,3 milliard d'euros au titre du CIR » (note du MESR)

« Les PME bénéficient de 2 milliards d'euros de soutien public à la R&D en 2010, sous la forme de subventions, de commandes publiques ou d'aides indirectes, dont 1,3 milliard d'euros au titre du crédit impôt recherche. » C'est ce que fait savoir une note d'information intitulée « Les PME, des acteurs méconnus de la recherche en France », rédigée par Nicolas Le Ru de la DGRI du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et publiée mi-février 2013. « Alors que les PME engagent 15 % des dépenses de R&D, elles bénéficient de 25 % du soutien public à la R&D », précise la note. « Sur les 13 000 entreprises qui mènent des travaux de R&D en France, 11 000 sont des PME qui effectuent pour 4 milliards d'euros de travaux de recherche et développement. »

Lire la suiteLire la suite