Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

URGENT. Réussite en licence en 2010 : les universités classées sur leur « valeur ajoutée »

L'UVSQ (université Versailles-Saint-Quentin) est l'université qui avait, en 2010, la « valeur ajoutée » la plus forte en matière de réussite en licence en trois ans de ses étudiants n'ayant pas changé d'établissement pendant leur cursus. Et c'est l'université de Nouvelle-Calédonie qui avait la « valeur ajoutée » la moins élevée. C'est ce que montre une note intitulée « Parcours et réussite en licence et en master à l'université » (avril 2013) que le MESR vient de publier. La « valeur ajoutée » que le ministère a calculée pour chaque université permet de « situer une université par rapport à la moyenne nationale une fois les effets de structure pris en compte ». Des tableaux associés à cette note donnent les taux de réussite, par université, en licence et en master. Le MESR met en avant plusieurs méthodes, soulignant la complémentarité de celles-ci.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Licence : 25 % de néobacheliers inscrits « par défaut » en L1 en 2011 (Depp)

81 % des entrants en L1 déclarent être dans une formation qu'ils souhaitaient suivre en fin de terminale, d'après une note d'information de la Depp (12.07) publiée le 3 juillet 2012 sur les nouveaux bacheliers inscrits en licence à la rentrée 2011 - hors Paces (1) (AEF n°211530). Cette proportion d'étudiants de L1 satisfaits de leur formation est stable par rapport à l'enquête menée en 2006. « Elle est plus grande pour les bacheliers généraux (85 %, sauf les séries L avec 80 %), et nettement plus faible pour les bacheliers technologiques (71 %) et professionnels avec 60 %. » Les étudiants des filières Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives), droit et sciences politiques, et sciences sont également plus satisfaits de leur formation. Les mêmes différences peuvent être constatées en ce qui concerne la motivation des étudiants. Ainsi, « alors que 88 % des bacheliers généraux se déclarent plutôt ou très motivés, ce ne sont que 81 % des bacheliers technologiques et 72 % des bacheliers professionnels ». A noter que un bachelier 2011 sur quatre s'inscrit en première année de licence, contre un sur trois lors de la précédente enquête en 2006. Quatre bacheliers généraux sur dix s'inscrivent en licence, contre 16 % des bacheliers technologiques et 7 % des bacheliers professionnels.

Lire la suiteLire la suite
Comment ont évolué dans l'enseignement supérieur les élèves entrés en 6è en 1995 (note de la Depp)

« Un tiers des élèves de la génération entrée en sixième en 1995 quitte le système éducatif avec au moins un diplôme de niveau bac + 3, [contre 26 % de la génération précédente, entrée en sixième en 1989] », indique la Depp dans une note sur « Les parcours dans l'enseignement supérieur : devenir après le baccalauréat des élèves entrés en sixième en 1995 (n°12.05, juin 2012) ». La Depp voit dans cette élévation du niveau de diplôme « une conséquence de l'harmonisation européenne des diplômes qui reconnaît le niveau bac + 3 comme le premier palier de l'enseignement supérieur. [Cette évolution a aussi] été favorisée par la création de la licence professionnelle au début des années 2000. »

Lire la suiteLire la suite
42 % des bacheliers professionnels 2011 poursuivent leurs études (note de la Depp)

26 % des bacheliers professionnels 2011 poursuivent leurs études dans l'enseignement supérieur sous statut scolaire à la rentrée suivante (1), contre 23 % en 2005 et 17 % en 2000, indique une note de la Depp (n°12.04) publiée le 26 juin 2012 sur « les bacheliers professionnels dans l'enseignement supérieur » (2). Si l'on ajoute ceux qui se sont inscrits dans un cursus en apprentissage (essentiellement en BTS), le taux de poursuite d'étude pour les 155 000 bacheliers professionnels est de 42 %. Toutefois, ces derniers représentent « seulement » 7 % des nouveaux entrants dans l'enseignement supérieur, le reste se répartissant entre les bacheliers technologiques (23 %) et généraux (68 %).

Lire la suiteLire la suite