Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les avis et décisions de la CTI de janvier 2013 : Centrale Paris, Paris-X, Isty, Estaca, Polytech Lille, Insa Rouen et Strasbourg, IPG

La CTI (Commission des titres d'ingénieurs) a mis en ligne le 3 avril 2013 les avis et décisions pris au cours de sa séance plénière des 8 et 9 janvier 2013.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La CTI se penche sur la délivrance du diplôme d'ingénieur au titre de la formation continue et sur le niveau de langues requis

La CTI (Commission des titres d'ingénieurs) autorise « exceptionnellement » les écoles n'ayant « pas encore été habilitées » à délivrer le diplôme d'ingénieur au titre de la formation continue, à délivrer un tel diplôme, cela « sans attendre [le] prochain examen » de cette formation par la CTI. C'est ce qu'indique une délibération de cette commission adoptée lors de la séance plénière de novembre 2012 et mis en ligne début mars sur son site internet. Ce document précise les conditions sous lesquelles une telle « dérogation » aux règles de fonctionnement de la CTI peut avoir lieu : l'école doit déjà être « habilitée à délivrer un diplôme sous statut étudiant ou d'apprenti » et doit avoir « mis en place un dispositif ad hoc d'adaptation du cursus de formation aux candidats concernés ». Par ailleurs, l'école devra « informer la CTI par une déclaration formelle décrivant très brièvement le dispositif de suivi mis en place » et « s'engage explicitement à déposer un dossier d'habilitation pour la voie de la formation continue dès son prochain examen par la CTI. » Philippe Massé, président de la CTI, avait déjà indiqué dans une interview à AEF, vouloir lutter contre « le déclin de la formation continue » (AEF n°194981).

Lire la suiteLire la suite
Bernard Remaud : « La CTI, qui est parfois perçue comme conservatrice et immobile, a beaucoup évolué ces dernières années »

« La CTI, qui est parfois perçue comme conservatrice et immobile, a beaucoup évolué ces dernières années », sous l'effet de l'évolution des écoles d'ingénieurs qui souhaitent « s'adapter à un environnement académique, économique et sociétal en forte mutation » et de sa volonté de « devenir une agence d'accréditation satisfaisant les standards internationaux les plus exigeants ». C'est ce qu'affirme Bernard Remaud, président de la Commission des titres d'ingénieur entre 2006 et juin 2012, dans son rapport moral présenté en séance plénière le 26 juin 2012 (AEF n°211011). Le nouveau président sera élu le 10 juillet (AEF n°211281). « Le modèle d'une formation d'ingénieurs, à spectre large (ingénieurs plus architectes de projet que super techniciens), dans le cadre d'un cursus intégré sur cinq ans, fortement couplé au monde de l'entreprise, accrédité par un organisme autonome et paritaire » s'est avéré « particulièrement robuste et adaptable au sein de l'espace européen de l'enseignement supérieur ». Il est « devenu un repère dans un monde universitaire international largement ouvert et concurrentiel », assure Bernard Remaud.

Lire la suiteLire la suite