Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective se substitue au Centre d'analyse stratégique (Conseil des ministres)

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective se substitue au CAS (Centre d'analyse stratégique), selon le décret portant création de cette nouvelle instance présenté en Conseil des ministres par le Premier ministre, mercredi 17 avril 2013. Ce décret fait suite à l'annonce, par Jean-Marc Ayrault, à l'issue de la conférence sociale des 9 et 10 juillet 2012, de sa volonté de créer, « dans l'esprit de l'ancien Commissariat général au Plan », « un lieu de dialogue et d'expertise, ouvert à l'ensemble des acteurs sociaux ». Il avait confié une mission à la conseillère d'État Yannick Moreau qui lui a remis son rapport le 4 décembre 2012. Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective « sera au coeur des démarches de réflexion et de concertation nécessaires à la conduite des politiques publiques et à la modernisation du pays ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le CAS fait six propositions pour encadrer la mobilité des professionnels de santé et limiter son impact sur les systèmes de soins

Dresser une « liste d'agences agréées » pour recruter des professionnels de santé à l'étranger dans le cadre d'appels d'offre de collectivités et établissements de santé ou encourager les CHU à conclure des conventions bilatérales prévoyant des échanges d'internes avec d'autres établissements de santé de l'Union européenne, telles sont deux des six mesures préconisées par le Centre d'analyse stratégique dans une note intitulée « la mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français ? ». Publié mardi 4 décembre 2012, le document insiste sur le fait que la mobilité des professionnels formés à l'étranger et exerçant une activité en France, a un impact sur les systèmes de santé des « pays receveurs comme des pays d'origine, tant en termes de régulation, de qualité que d'accès aux soins ». Mathilde Reynaudi, du département des questions sociales du CAS, montre que l'intérêt de « mieux encadrer » la mobilité des professionnels de santé et de faciliter dans le même temps les temps de formation à l'étranger des étudiants et des professionnels de l'Hexagone.

Lire la suiteLire la suite