Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

ArcelorMittal Florange : la direction annonce « l'ouverture du dialogue social » sur les mesures d'accompagnement

Les conséquences sociales de la mise en oeuvre du plan d'ArcelorMittal Atlantique et Lorraine seront gérées « sur la base du volontariat et sans recours à un plan social », indique la direction d'ArcelorMittal France, le 11 avril 2013, à l'occasion du CCE (comité central d'entreprise) marquant la fin de la période d'information-consultation sur le projet industriel et commercial officialisé en octobre dernier (AEF n°205846). Cette étape correspond à la fois au démarrage de la « mise sous cocon », pour une période de six ans, de la phase liquide de Florange (Moselle) et de la mise en oeuvre de l'ensemble du plan industriel et commercial d'Amal (ArcelorMittal Atlantique et Lorraine), mais aussi à « l'ouverture du dialogue social » sur les mesures d'accompagnement concernant 629 salariés, à Florange (le site comptant 2 800 salariés).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
ArcelorMittal (Florange) : « il n'y aura pas de plan social », mais « des investissements importants » sur cinq ans (Premier ministre)

« Je vous annonce qu'il n'y aura pas de plan social à Florange. Le groupe Mittal s'est engagé à investir au moins 180 millions d'euros sur les cinq prochaines années », déclare le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, vendredi 30 novembre 2012, à l'issue de plusieurs semaines de discussions sur l'avenir du site sidérurgique lorrain. Fin septembre (AEF n°205846), Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait engagé un « bras de fer » avec le groupe ArcelorMittal à la suite de la décision de fermeture des deux hauts fourneaux (employant 550 des 2 800 salariés du site), en s'appuyant sur une solution de reprise. À l'issue du délai fixé par le sidérurgiste pour trouver un repreneur, le gouvernement a finalement obtenu que « les activités du site liées à la filière froide, et notamment l'emballage, [soient] pérennisées et renforcées par un programme d'investissements industriels », selon l'annonce de Jean-Marc Ayrault.

Lire la suiteLire la suite
ArcelorMittal Florange : le ministre du Redressement productif chargé de mettre en place une mission d'expertise (Élysée)

« Le président de la République a demandé au ministre du Redressement productif [Arnaud Montebourg] de mettre en place une mission confiée à un expert indépendant » concernant l'avenir du site sidérurgique ArcelorMittal de Florange (Moselle), indique l'Élysée, lundi 4 juin 2012, à l'issue d'une rencontre entre le chef de l'État et une intersyndicale CFDT, CGT et Force ouvrière (AEF n°214675). Cet expert « s'attachera à analyser l'évolution du marché de l'acier et à documenter toutes les perspectives industrielles envisageables, notamment le projet Ulcos » de captation-stockage de CO2 (1). Il « rendra ses conclusions au plus tard le 30 juillet ». D'ici là, « il est demandé à la direction d'Arcelor Mittal de ne procéder à aucune annonce sur l'avenir du site et de ses salariés ». François Hollande demande en outre à Arnaud Montebourg « de prendre contact avec ses homologues belge, espagnol, allemand et luxembourgeois, afin de conduire une action commune vis-à-vis du groupe ArcelorMittal ».

Lire la suiteLire la suite