Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le cumul du minimum vieillesse et des revenus professionnels retoqué par la commission des Affaires sociales (Assemblée)

Les bénéficiaires du minimum vieillesse ne pourront pas cumuler leur prestation sociale avec des revenus issus d'une activité professionnelle. La proposition de loi de la sénatrice Isabelle Debré (UMP, Hauts-de-Seine), adoptée au Sénat en janvier dernier (AEF n°196706), reprise par la députée Isabelle Le Callennec (UMP, Ille-et-Vilaine) et visant à autoriser ce cumul (dans la limite de 1,2 Smic) a en effet été repoussée par les députés de la majorité dès l'examen en commission des Affaires sociales, ce mardi 17 avril 2013. Le député Michel Issindou (SRC, Isère) - un des spécialistes « retraite » de la majorité socialiste - estime qu'il faudra revoir « dans leur globalité » les règles du cumul emploi-retraite. « Nous ne voulons pas que cette question soit traitée au détour d'une proposition de loi » explique-t-il à l'AEF.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Sénat adopte une proposition de loi UMP autorisant le cumul du minimum vieillesse avec des revenus professionnels

Le Sénat a voté hier, jeudi 31 janvier 2013 en première lecture une proposition de loi de la sénatrice Isabelle Debré (UMP, Hauts-de-Seine) visant à étendre aux bénéficiaires du minimum vieillesse la possibilité de le cumuler avec des revenus professionnels tirés d'une reprise d'activité, possibilité déjà offerte aux autres retraités avec le cumul emploi retraite, en fort développement depuis 2004. Pour les auteurs de cette proposition de loi, ce texte offrirait « une des solutions susceptibles de réduire le taux de pauvreté ». La proposition de loi a été adoptée par 183 voix pour (le groupe UMP et le groupe UDI-Union centriste ainsi que la majorité socialiste et écologiste). Le groupe RDSE s'est abstenu et le groupe CRC a voté contre.

Lire la suiteLire la suite
Le cumul emploi-retraite est financièrement le mode de poursuite d'activité le plus favorable aux régimes de retraite (Igas)

Le cumul emploi-retraite qui se définit comme « la possibilité de cumuler une pension et un revenu d'activité » a un impact financier favorable à long terme pour les régimes de retraite en particulier si on le compare à d'autres dispositifs de poursuite d'activité au delà de l'âge légal (retraite progressive, surcote, etc.) pour un assuré qui disposerait du taux plein. C'est ce que conclut l'Igas dans un rapport d'évaluation de ce dispositif publié lundi 9 juillet 2012. Toutefois, le cumul emploi-retraite pèse d'une part sur la trésorerie à court terme des régimes et le gain financier qu'il génère par rapport à l'activité en surcote n'est pas uniformément réparti selon les régimes : il est nettement positif pour le régime de base tant pour un salarié cadre que non cadre, mais il occasionne une légère perte pour les régimes complémentaires. Le gain varie enfin selon qu'il s'agit du cumul inter-régime (les retraités qui perçoivent une pension d'un régime et exercent une activité dans un autre), dont l'impact financier est moins favorable, ou intra-régime (poursuite d'activité dans le même régime que celui qui verse la pension). L'Igas rappelle que ce dispositif de poursuite d'activité connaît « un fort développement depuis 2004 » et estime le nombre de ses bénéficiaires à un demi-million de personnes (dont environ 400 000 cumulant « intra-régime », la plupart au régime général).

Lire la suiteLire la suite