Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Il faut redonner une place aux élus dans la gestion de l'hôpital » Martin Malvy (Cercle des décideurs en santé)

Martin Malvy, président de l'APVF (association des petites villes de France), défend l'idée d'une mutualisation des ressources entre hôpitaux publics et cliniques et plaide pour « redonner aux élus une place dans la gestion de l'hôpital » lors d'un dîner du Cercle des décideurs en santé (Groupe AEF) mercredi 16 avril 2013. Le président socialiste du conseil régional de Midi-Pyrénées et ancien maire de Figeac (Lot) estime qu'il y aura « une place à trouver » dans les conférences territoriales de l'action publique (1) qui vont être mises en place dans le cadre de l'acte III la décentralisation. Dans son esprit, l'hôpital public pourrait être le « coordonnateur de l'offre de soins » sur un territoire. « Si l'on n'arrive pas rapidement à une alliance très forte entre les hôpitaux, les cliniques et la médecine ambulatoire, nous aurons les plus grandes difficultés à faire face aux 800 départs à la retraite de médecins généralistes qui ne seront pas tous remplacés », explique l'ancien ministre du Budget. Au passage, il souligne avoir oeuvré dès son élection à la mairie de Figeac en 1977 en faveur d'un rapprochement entre l'hôpital de Figeac et la clinique, finalement acté par une convention signée… en novembre 2011.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Réactions au « pacte territoire-santé » : des attentes en partie satisfaites et une interrogation sur les moyens et le calendrier

Les réactions des jeunes médecins sont plutôt favorables aux engagements sur la formation initiale et les conditions d'exercice du pacte annoncé par Marisol Touraine le 13 décembre (AEF n°199931). En revanche, les mesures d'aides à l'installation (bourses de service public et contrat de praticien territorial de médecine générale) sont accueillies plus fraîchement, particulièrement par les internes de spécialités de l'Isnih qui estiment que « l'argent n'est pas la préoccupation principale » des jeunes professionnels. Mis à part l'UFC-Que choisir qui réclame un conventionnement sélectif des médecins et une prise en charge conditionnelles des cotisations sociales la totalité des acteurs approuvent l'orientation générale d'une politique globale incitative. Nombre d'acteurs s'interrogent sur les moyens mis en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés par le plan ainsi que sur le calendrier de mise en oeuvre des mesures. Tous s'attendent que s'ouvre la concertation nationale annoncée hier.

Lire la suiteLire la suite