Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Politique immobilière parisienne : trois questions à Jean-François Legaret, président de la mission d'information et d'évaluation

Le Conseil de Paris débattra, les 22 et 23 avril 2013, du « rapport de la mission d'information et d'évaluation sur la politique immobilière de la collectivité parisienne ». Le document, qui compte 186 pages, « se donne pour ambition d'apporter une information consolidée et synthétique sur la politique immobilière conduite depuis 2001 », précise son introduction. Jean-François Legaret, maire du Ier arrondissement et président du groupe UMPPA, qui a présidé cette MIE (mission d'information et d'évaluation) (1), présente à AEF Habitat et Urbanisme, mercredi 16 avril 2013, les grandes lignes de ce rapport. Sur la question du logement, le chef de file de l'opposition municipale dénonce un « décalage très important entre le discours et les actes [de la collectivité parisienne], que font apparaître les chiffres de la MIE ». « La production de logements sociaux à Paris s'est faite dans une certaine mesure par la création de logements, mais dans une part très importante par [du reconventionnement] de logements existants », regrette-t-il, soulignant l' « impact très négatif [de cette politique] pour les classes moyennes parisiennes ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cour des comptes souhaite « une meilleure gestion du patrimoine immobilier » des collectivités locales (rapport annuel)

« Une meilleure gestion du patrimoine immobilier peut donner aux collectivités des marges de manœuvre budgétaires non négligeables » : c'est l'une des conclusions que la Cour des comptes met en avant dans son rapport public annuel 2013 dans un chapitre consacré à « L'immobilier des collectivités territoriales » (1). Dans un contexte de « redressement des finances publiques » et « de tensions […] sur les budgets locaux », la haute juridiction estime que les collectivités « doivent passer d'une administration à une gestion dynamique de leur patrimoine ». La Cour évalue à 242 milliards d'euros en 2008 « les seules constructions inscrites à l'actif des bilans des communes, départements et régions ».

Lire la suiteLire la suite
Conseil de Paris : une convention avec l'État fixe les modalités de participation de la ville à l'expérimentation « Un chez soi d'abord »

La délibération (2012 DLH 189), qui vise à fixer les modalités de participation de la ville de Paris au dispositif expérimental « Un chez soi d'abord » par la signature d'une convention avec l'État, a été adoptée lors du dernier Conseil de Paris, qui s'est déroulé les 24 et 25 septembre 2012. Pour mémoire, le dispositif « Un chez soi d'abord » est mis en oeuvre depuis 2011 à titre expérimental dans quatre communes (Marseille, Toulouse, Lille et Paris), dans le cadre de la stratégie nationale 2009-2012 pour l'hébergement et l'accès des personnes sans-abri ou mal logées. Il vise, notamment, depuis 2011 à favoriser l'accès et le maintien dans un logement ordinaire de personnes sans-abri atteintes de troubles psychiques (AEF Habitat et Urbanisme n°245273).

Lire la suiteLire la suite