Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Maîtres d'apprentissage : un permis de former pour « responsabiliser les entreprises » de l'hôtellerie-restauration

Le permis de former, qui oblige les maîtres d'apprentissage du secteur des hôtels-cafés-restaurants à suivre une formation de 14 heures (AEF n°196973), est un moyen de « responsabiliser les entreprises », déclare Régis Marcon, restaurateur et auteur d'un livre blanc sur l'alternance dans la restauration (AEF n°237223), lundi 14 avril 2013. Il s'exprimait lors d'une conférence de presse qui réunissait plusieurs chefs d'entreprise en amont des assises de l'alternance dans l'hôtellerie-restauration organisées par le Fafih et le comité France formation alternance hôtellerie-restauration (1), dont Régis Marcon est président. La difficulté pour attirer des jeunes vers ces métiers a également été abordée. En 2012, le Fafih a financé 14 000 contrats de professionnalisation et environ 37 000 contrats d'apprentissage.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Apprentissage : les ruptures plus fréquentes dans les petites entreprises et dans la restauration (étude Direccte Île-de-France)

Les ruptures de contrat d'apprentissage, qui ont le plus souvent lieu lors des trois premiers mois, sont plus fréquentes dans les secteurs traditionnels de l'apprentissage, dans les petites entreprises et lors des contrats longs (deux ou trois ans). C'est ce qu'il ressort d'une étude « Bref thématique » (n°36) sur le contrat d'apprentissage en Île-de-France daté de décembre 2012 et réalisé par le service études-statistiques-évaluation de la Direccte Île-de-France. 24,5 % des contrats d'apprentissage conclus en 2009-2010 ne sont pas allés à leur terme, ce qui représente 12 000 ruptures.

Lire la suiteLire la suite