Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Base élèves : le tribunal administratif de Grenoble annule les retenues sur salaire de cinq directeurs d'école de l'Isère

Le tribunal administratif de Grenoble annule les retenues sur salaire de cinq directeurs d'école de l'Isère et le retrait d'emploi de direction de deux d'entre eux, dans un jugement rendu le 2 avril 2013. Les décisions annulées ont été prises en 2010 par la Dasen de l'Isère pour des personnels ayant refusé d'inscrire leurs élèves dans le fichier Base élèves (AEF n°272418).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Base élèves : 111 directeurs d'écoles primaires signent, nominativement, un « appel à la résistance contre le fichage de l'enfance »

Trois ans après son premier appel, le Collectif national de résistance à Base élèves (CNRBE) lance, mercredi 7 décembre 2011, un nouvel « appel à la résistance contre le fichage de l'enfance ». Le collectif appelle à « ne plus installer ou mettre à jour Base élèves, à ne pas mettre en oeuvre le livret personnel de compétences électroniques, et à bloquer toute remontée de données nominatives ». Cet appel est signé, nominativement, par 359 enseignants dont 111 directeurs d'écoles primaires. Ces directeurs d'école s'exposent à des sanctions administratives allant du retrait de salaires au déplacement d'office et/ou du retrait de la fonction de directeur d'école. Une vingtaine de directeurs d'école ont déjà été sanctionnés par des retraits de salaire mensuels et une demi-douzaine par des déplacements d'office et de retrait de fonction (AEF n°272418, AEF n°292647)

Lire la suiteLire la suite
Base élèves : le Collectif national de résistance veut faire reconnaître l'existence d'un « motif légitime » par les juges administratifs

Le Collectif national de résistance contre Base élèves (CNRBE) a déposé, mercredi 25 mai 2011, trois recours (deux à Toulouse en Haute-Garonne et un à Nîmes dans le Gard) devant les tribunaux administratifs, recours demandant l'application du droit d'opposition des parents d'élèves au fichage des enfants dans le logiciel Base élèves (1). Dans un arrêt publié le 19 juillet 2010 (AEF n°263723), le Conseil d'État avait annulé « les dispositions de l'arrêté qui interdisent, dans sa deuxième version, toute possibilité d'exercice de ce droit d'opposition ». La juridiction administrative précise que « toute personne physique » peut « s'opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement ». « Malgré l'existence de ce droit d'opposition , toutes les demandes des parents d'élèves ont été refusées par l'administration », constate Sophie Mazas, avocate au barreau de Montpellier. D'autres recours sont ou vont être déposés à Lyon, Nantes, Strasbourg, dans l'Aveyron, indique-t-elle.

Lire la suiteLire la suite
Bases élèves : ce que le ministère de l'Éducation nationale ne doit pas faire et ce qu'il peut faire, selon le Conseil d'État

Dans deux arrêts du 19 juillet 2010 (n°334014 et n°317182), le Conseil d'État se penche sur les traitements informatisés de données personnelles des élèves mis en œuvre par le ministère de l'éducation dès 2004, la « base élèves du premier degré » (BE,1°D), et 2006, la « base nationale des identifiants élèves » (BNIE). Ces bases ont suscité l'hostilité d'une partie des parents d'élèves et des enseignants (AEF n°268876) et (AEF n°268402). Le ministère de l'Éducation nationale a finalement supprimé le recueil de certaines données. Selon Bernard Toulemonde, juriste et Igen honoraire, le Conseil d'État donne à cette occasion « la règle du jeu », au regard de la loi du 6 janvier 1978 sur l'informatique et les libertés, et dresse ainsi la liste de ce qui n'est pas possible et, au contraire, de ce qui est possible en la matière. Voici son analyse :

Lire la suiteLire la suite