Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Jean-Marc Bailleul (SCSI) commente les réformes en cours dans un entretien à AEF Sécurité globale

« Nous sommes déçus - et le mot est faible. » Tel est le sentiment de Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du SCSI (Syndicat des cadres de la sécurité intérieure, ex-Snop), à la suite de l'annonce du maintien des corps de commissaires et d'officiers dans la police nationale. Dans un entretien à AEF Sécurité globale, le syndicaliste aborde l'actualité et les principales revendications de son organisation. Outre la création d'un corps unique, qui donnerait « une plus grande cohérence à la chaîne hiérarchique », le SCSI plaide ainsi pour la création d'une force de sécurité intérieure civile. « La France n'a plus les moyens d'entretenir deux forces de sécurité intérieure », souligne-t-il notamment. Interrogé sur l'action du ministre de l'Intérieur, le secrétaire général déclare : « Manuel Valls est volontariste, il est sur tous les fronts mais il subit le poids des chantiers lancés avant son arrivée. De plus, la technocratie l'emporte trop souvent sur le pragmatisme opérationnel et économique. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les syndicats de la police nationale réagissent à la publication du rapport de la Cour des comptes

« Nous sommes outrés et scandalisés par le rapport de la Cour des comptes. Déjà, parce qu'il essaie d'opposer les policiers aux gendarmes, et même aux autres fonctionnaires », indique à AEF Sécurité globale Jean-Claude Delage, mardi 19 mars 2013. Le secrétaire générale d'Alliance réagit à la publication d'un rapport de la Cour des comptes sur les dépenses de rémunération et le temps de travail dans la police et la gendarmerie (AEF Sécurité globale n°193477, n°193469, n°193414). Or, selon lui, « c'est toute la fonction publique qu'il faut valoriser ». « Il est vrai, dit-il, qu'au niveau de l'évolution salariale, nous avions été bien traités au cours des dernières années. Mais en contre partie, les effectifs avaient diminué. En outre, il avait été pris en compte la dangerosité et la pénibilité de notre travail, ce que n'a pas fait la Cour des comptes. Je rappelle, par ailleurs, que nous n'avons pas le droit de grève par exemple. »

Lire la suiteLire la suite