Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

SNFOLC : Jacques Paris, réélu secrétaire général du syndicat

Jacques Paris a été réélu à l'unanimité secrétaire général du SNFOLC, lors du 29e congrès du syndicat, qui s'est tenu dans le cadre du congrès de la fédération Fnec-FP-FO, à Seignosse (Landes) du 8 au 12 avril 2013 (AEF n°191626). Il est à la tête de l'organisation depuis avril 2009 (AEF n°292202). Auparavant, il était secrétaire national du syndicat depuis 1990, successivement en charge des questions corporatives puis de la presse. Âgé de 59 ans, Jacques Paris est professeur agrégé de mathématiques au lycée Clémenceau de Nantes depuis 30 ans.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Fnec-FP-FO : 16e congrès du 8 au 12 avril 2013 marqué « par le refus de l'austérité »

La Fnec-FP-FO tient son 16e congrès à Seignosse (Landes) du 8 au 12 avril 2013, en présence de 800 délégués syndicaux. « Ce congrès sera marqué par notre positionnement sur un refus de l'austérité », explique à AEF, Hubert Raguin, secrétaire général de l'organisation syndicale, jeudi 4 avril. À la tête de la Fnec-FP-FO depuis mars 2008 (AEF n°257453), il se représente pour un troisième mandat. Selon lui, « la loi d'orientation pour l'école, l'acte III de la décentralisation, traduise l'austérité appliquée à l'école ». « Nous voulons confirmer notre indépendance, notre refus de la territorialisation de l'école et notre attachement aux questions statutaires », souligne Hubert Raguin. Il pointe également l'opposition de l'organisation syndicale aux dispositions relatives aux « contrats d'objectifs, à l'école du socle, à l'orientation et à l'enseignement professionnel » contenues dans le projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école. « Le 'plus de maîtres que de classes', la scolarisation des moins de trois ans, c'est de la poudre aux yeux », juge-t-il.

Lire la suiteLire la suite