Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

CONFIDENTIEL. Manuel Valls lance une réforme de l'administration centrale du ministère de l'Intérieur

Systèmes d'information, achats et logistique, communication, coopération… : un « relevé de décisions » signé par Manuel Valls prévoit l'entrée en vigueur, au 1er juillet 2013, d'une réforme de l'administration centrale du ministère de l'Intérieur jugée « ambitieuse » par son entourage. Elle implique des modifications dans l'organigramme et dans la compétence de plusieurs services. Sa mise en oeuvre vise, précise le document auquel AEF Sécurité globale a eu accès, à « améliorer le fonctionnement des services par une clarification des responsabilités, une mutualisation des équipes et des compétences » et « une suppression des doublons ou redondances constatées ». La réforme a également pour objectif d' « employer plus rationnellement les ressources humaines et financières […] dans le contexte d'un rétablissement sans précédent des finances publiques », indique Manuel Valls.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les redéploiements de la zone de compétence de la gendarmerie vers la police concerneront douze communes

Douze communes situées en zone de compétence de la gendarmerie nationale doivent passer, au cours des prochains mois, dans le giron de la police nationale. C'est ce qu'indique un compte rendu - établi par la DGPN - de la réunion de concertation entre l'administration de la police nationale et les représentants syndicaux, jeudi 11 avril 2013 à Paris, dont AEF Sécurité globale a obtenu une copie (AEF Sécurité globale n°191755). Ces communes font partie des 17 situées en zone gendarmerie pour lesquelles un transfert avait été envisagé par le ministère de l'Intérieur dans une liste communiquée par le ministère de l'Intérieur fin janvier 2013 (AEF Sécurité globale n°197015). « Les redéploiements sont différés pour les trois communes de l'Est du département du Val-d'Oise (Roissy-en-France, Le Thillay, Vaudherland) », indique le compte-rendu, tandis que celui de Champigneulles (Meurthe-et-Moselle) « est abandonné ». Le compte-rendu n'évoque pas le cas de Malemort-sur-Corrèze (Corrèze).

Lire la suiteLire la suite
Les syndicats de police commentent les premiers mois de Manuel Valls place Beauvau et font part de leurs attentes à AEF Sécurité globale

Une position « courageuse » pour le SCPN, une attitude jugée « pragmatique malgré la pression » par Synergie officiers : en abandonnant l'idée de créer un reçu de contrôle d'identité en septembre 2012 (AEF Sécurité globale n°206549), le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait l'unanimité auprès des syndicats de police. Interrogés par AEF Sécurité globale, les responsables des sept organisations représentatives reviennent sur les premiers mois de Manuel Valls place Beauvau, alors que ce dernier doit dresser le bilan de sa politique de sécurité lors d'une conférence de presse, vendredi 18 janvier 2013 au ministère de l'Intérieur. « Il a analysé la situation de manière objective et a pris conscience que l'instauration du récépissé aurait eu des conséquences très graves sur l'image du policier », poursuit Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie. « La solution du matricule permet de concilier le côté pratique et le respect des libertés. Manuel Valls a trouvé le bon équilibre », dit Henri Martini, responsable d'Unité SGP police-FO. « Il a placé correctement le curseur entre ses convictions politiques et les contraintes opérationnelles », juge également Emmanuel Roux, secrétaire général du SCPN.

Lire la suiteLire la suite