Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Enseignement catholique : dans l'Ouest, « l'immense majorité » des établissements reporte à 2014 le passage aux 4,5 jours

Les écoles catholiques de Rennes, qui scolarisent 30% des élèves, attendront 2014 pour passer aux nouveaux rythmes scolaires, contrairement aux écoles publiques de la ville, qui appliqueront les 4,5 jours de classe dès la rentrée de septembre 2013. « La réflexion avec la ville de Rennes s'est engagée trop tardivement », explique à AEF Jean-Loup Leber, directeur diocésain de l'enseignement catholique d'Ille-et-Vilaine, président du Comité académique de l'enseignement catholique (Caec) de Bretagne. « Nous n'étions pas prêts pour y aller de façon sereine et bien construite, à la fois sur la question de l'organisation, et sur la question financière ». Le directeur diocésain affirme qu'en Bretagne, « l'immense majorité des écoles catholiques poursuivent leur réflexion pour un passage aux 4,5 jours en 2014 ». Le Sgec a conseillé aux écoles de son réseau de « décider s'il est possible et raisonnable de s'engager dans la réforme » (AEF n°194440 et AEF n°191993).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Réforme des rythmes : l'enseignement catholique s'engage, « sans entrer dans des contraintes normatives insupportables »

« Nous nous engageons dans la réforme des rythmes à notre façon, sans entrer dans des contraintes normatives insupportables », déclare Éric de Labarre, secrétaire général du Sgec, à l'occasion de la présentation mardi 9 avril 2013 d'un document « d'aide à la prise de décision » intitulé « Rythmes scolaires, garder le cap » (1). Le secrétaire général indique qu'il est « incapable » de donner le nombre d'écoles catholiques qui passeront à la semaine de 4,5 jours à la rentrée 2013. Il évoque une « réforme sans doute insuffisamment préparée » et invite les écoles elles-mêmes à expérimenter des aménagements du temps scolaire. Le directeur diocésain de la Mayenne, qui compte 40 % d'élèves scolarisés dans l'enseignement catholique, Philippe Paré, indique pour sa part que « 31 % des écoles du diocèse seront à 4,5 jours en 2013 » et que « la majorité des communes prendront en charge » le financement de la réforme.

Lire la suiteLire la suite
Rythmes : l'enseignement catholique invite ses écoles à décider « s'il est possible et raisonnable de s'engager dans la réforme »

« Savoir si l'enseignement catholique, dans le cas d'un changement de rythme, opère ce changement à la rentrée 2013 ou 2014, est une question de très peu d'importance au regard des autres enjeux », indique l'entourage d'Éric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique le 1er mars 2013. Le Sgec dénonce « de nombreux problèmes d'application » de la réforme des rythmes scolaires, « en particulier sur le financement » (AEF n°194602). Il invite donc les écoles à « un travail de réflexion et de concertation approfondi pour décider s'il est possible et raisonnable de s'engager dans la réforme ». L'enseignement catholique n'a pas pu négocier de « cadre de référence » avec le ministère de l'Éducation nationale afin que « l'égalité de traitement » entre élèves du public et du privé soit « garantie » par les collectivités locales par le biais du fonds d'amorçage (AEF n°194755).

Lire la suiteLire la suite
Enseignement catholique : deux exemples d'adaptation des rythmes scolaires, dans le premier et le second degré

« Nous nous sommes engagés, dans un manifeste publié il y a un an, à ne laisser aucun élève sans solution à chaque étape de son parcours scolaire : pour traduire cet engagement en actes, il nous faut partager nos savoir-faire, nos idées, les mettre en commun, les soumettre au débat », affirme lundi 11 février 2013 Éric de Labarre, secrétaire général de l'enseignement catholique, lors d'un forum national rassemblant à Marcq-en-Barœul (Nord) plus de 200 acteurs de l'école privée. Pendant trois jours, des ateliers d'échange de pratiques sont organisés, sur les relations entre l'école et la famille, le sens de l'accompagnement éducatif ou encore l'orientation des élèves, avec comme fil directeur la lutte contre les inégalités. Un atelier sur l'organisation du temps scolaire dans le premier et le second degré a ainsi rassemblé lundi une trentaine d'enseignants.

Lire la suiteLire la suite