Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

En 2010, seules les catégories les plus aisées ont échappé à la stagnation ou à la baisse du niveau de vie (Insee)

Le niveau de vie des 5 % de personnes les mieux loties (46 140 euros) est reparti à la hausse en 2010 (+1,3 %) après avoir stagné en 2009 (+0,2 %) et celui des 1 % les plus aisés a progressé de 4,7 % après avoir connu un recul de 4,3 % en 2009, constate l'Insee dans l'édition 2013 de son ouvrage sur « les revenus et le patrimoine des ménages ». Dans le même temps, « les quatre premiers déciles de niveau de vie » ont diminué en 2009 comme en 2010 ce qui fait dire à l'Insee que si le précédent ralentissement économique au début de la décennie 2000 avait pesé particulièrement sur le niveau de vie des plus riches, la crise affecte cette fois « plus spécifiquement les personnes modestes ». En moyenne annuelle le niveau de vie des 8e décile et des 5 % les plus aisés a progressé entre 2008 et 2010 de près de 0,8 % quand les deux premiers déciles de niveau de vie reculaient de 1,2 %.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Plan contre la pauvreté : « Il faut un vrai choc de simplification de notre système social » selon François Chérèque (Igas)

« Il faut un vrai choc de simplification de notre système social », estime François Chérèque, inspecteur général des affaires sociales, mercredi 10 avril 2013 à Roubaix, lors des « États généraux de l'insertion » organisés par le conseil général du Nord (AEF n°197071). « En France, nous parlons beaucoup de la fraude, qui représente 300 millions d'euros, alors que le non-recours aux droits, c'est entre 5 et 6 milliards d'euros qui ne sont pas utilisés », rappelle l'ancien secrétaire général de la CFDT, chargé dans ses nouvelles fonctions du suivi du plan de lutte contre la pauvreté (AEF n°197608). Une évaluation va être menée dans quatre départements pour préparer une réforme de la gouvernance territoriale de l'action sociale.

Lire la suiteLire la suite