Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

44 % des prêts souscrits en 2010 l'étaient pour l'acquisition d'une résidence principale (Insee)

44 % des prêts ont été souscrits pour l'acquisition d'une résidence principale en 2010, indique l'Insee, mercredi 24 avril 2013, dans son édition 2013 de la publication « Les revenus et le patrimoine des ménages », qui consacre un dossier au thème de « l'endettement privé des ménages début 2010 ». Il en ressort que 18 % des Français sont endettés uniquement pour l'achat d'un bien immobilier ou pour financer de gros travaux. Le montant de l'endettement moyen s'élève à 80 600 euros par ménage pour un prêt immobilier et les ménages endettés remboursent en moyenne 775 euros par mois.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Progression moindre du patrimoine des ménages en 2011 sous l'effet d'un ralentissement sur les terrains bâtis (Insee)

« Le patrimoine économique des ménages est constitué [en 2011] à 74 % d'actifs non financiers, immobiliers pour l'essentiel (70 %) », observe l'Insee, dans sa note « Insee Première », publiée mardi 22 janvier 2013. Les ménages sont donc les premiers affectés par la décélération des prix des terrains : « Le patrimoine en terrains bâtis (3 524 milliards d'euros), principalement à l'origine de la forte hausse du patrimoine des ménages en 2010, est en effet moins dynamique en 2011 (+ 3,4 % après + 14,3 %). » L'Insee précise que « ce ralentissement l'emporte sur l'accélération de leur patrimoine en logements (+ 9,2 % après + 4,5 %, avec un encours de 3 563 milliards d'euros fin 2011), qui tient à la forte hausse de l'indice du coût de la construction ». Au total, le patrimoine non financier s'accroît de 6 % en 2011 après + 8,9 % en 2010.

Lire la suiteLire la suite
10 % des ménages français détiennent 38 % du patrimoine immobilier (Insee)

« Les 10 % des ménages les mieux dotés » en patrimoine brut (1) possèdent, début 2010, 38 % du patrimoine immobilier français , indique l'Insee dans l'édition 2012 de sa publication « Revenus et Patrimoine des ménages », parue mercredi 4 juillet 2012. Une analyse plus fine des écarts de patrimoine révèle en outre que les 1 % des ménages les mieux dotés possèdent à eux seuls 17 % du patrimoine immobilier en 2010, tandis que les 10 % des « moins bien dotés » sont « très endettés », « principalement pour des motifs privés autres qu'immobilier » du type « achat d'une voiture ou de biens d'équipement, via des crédits à la consommation ».

Lire la suiteLire la suite
« En 2010, un locataire du parc privé sur cinq dépense plus de 40 % de ses revenus pour se loger » (Insee)

« En 2010, en incluant loyers, charges, taxes, remboursements d'emprunts, dépenses d'eau et d'énergie, un ménage sur deux consacre plus de 18,5 % de ses revenus à son habitation principale. » Tel est le constat dressé par l'Insee dans sa note Insee Première n°1395, intitulée « La part du logement dans le budget des ménages en 2010 » et publiée vendredi 16 mars 2012. Les ménages à faibles ressources (23,6 %), les locataires du parc privé (26,9 %) et les accédants à la propriété (27,2 %) sont les catégories pour lesquelles le taux d'effort médian est le plus important (1). Ainsi, « un locataire du parc privé sur cinq dépense plus de 40 % de ses revenus pour se loger », relève l'Insee. Globalement, entre 2005 et 2010, « les dépenses de logement par ménage, avant déduction des éventuelles aides au logement, ont augmenté de 17 % en moyenne, soit 4 points de plus que le niveau de vie moyen ». Plus précisément, cette évolution est de + 15 % pour les locataires du parc privé, + 9 % pour ceux du parc social, + 17 % pour les propriétaires non accédants et atteint + 26 % pour les propriétaires accédants.

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
Le Sénat n’a pas adopté le PLFSS 2021 en nouvelle lecture

Ce jeudi 26 novembre 2020, le Sénat a adopté par 199 voix pour et 38 contre la motion tendant à opposer la question préalable présentée par le rapporteur général de la commission des affaires sociales sur le PLFSS 2021. Il fait valoir que des apports sénatoriaux de première lecture ont été conservés, comme le principe d’une conférence des financeurs du soutien à l’autonomie, l’annulation automatique des numéros de sécurité sociale obtenus de manière frauduleuse, l’extension à cinq ans de la prescription des indus frauduleux ou le déconventionnement d’office en cas de récidive en matière de fraude par un professionnel de santé. Mais subsistent des désaccords sur l’absence de compensation de certaines exonérations de charges notamment, la prise en charge par la Cades d’une partie de la dette des hôpitaux et la nécessité d’une concertation sur le retour à l’équilibre de la branche vieillesse.

Lire la suiteLire la suite