Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Emploi des jeunes peu qualifiés : le CAE recommande de mieux cibler emplois d'avenir et contrats de génération

Le CAE (Conseil d'analyse économique) propose de « cibler les contrats de génération sur les rémunérations inférieures à 1,6 fois le Smic pour l'emploi des jeunes en CDI » et de « réorienter et étendre les 150 000 emplois d'avenir en visant, d'une part, 120 000 jeunes dans le secteur privé financés à 50 % par l'État et accompagnés de formations à mi-temps et, d'autre part, 75 000 formations d'avenir à temps plein dans les Epide et les E2C » dans une note sur l'emploi des jeunes peu qualifiés en France présentée au Premier ministre mardi 23 avril 2013. Les trois chercheurs auteurs de l'étude (1) recommandent également de davantage cibler les contrats de génération sur les jeunes les moins qualifiés.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Insertion professionnelle : les jeunes, « plus sensibles à une dégradation de la conjoncture » que les personnes plus âgées (Insee)

« Le taux de chômage des jeunes réagit plus fortement à la conjoncture économique que celui des plus âgés. Une conjoncture défavorable réduit les embauches et allonge la durée d'accès au premier emploi. La conjoncture affecte aussi les salaires d'embauche. » Tel est le constat dressé par une étude de l'Insee intitulée « Finir ses études en période de mauvaise conjoncture : un désavantage qui perdure ? », publiée en février 2013. Les auteurs évaluent l'impact de la conjoncture sur l'insertion professionnelle des jeunes entre 1983 et 2010 et tentent de répondre aux questions suivantes : « Les jeunes qui arrivent en fin de scolarité en phase de mauvaise conjoncture essaient-ils d'éviter cette pénalisation en retardant leur sortie du système scolaire ? Et, lorsque pénalisation il y a, celle-ci est-elle durable ou seulement transitoire ? »

Lire la suiteLire la suite