Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

U-Multirank : la Curif estime le projet « voué à l'échec » car il « repose sur du déclaratif »

« La tentative européenne U-Multirank (AEF n°196820) est vouée à l'échec car elle repose sur du déclaratif et veut embrasser des systèmes nationaux très différents », estime la Curif (Coordination des universités de recherche intensive françaises) dans un communiqué de presse centré sur les classements d'universités, le 23 avril 2013. L'association, qui regroupe les 19 universités qui « ont le plus de liens avec les organismes de recherche du type CNRS ou Inserm et qui hébergent le plus de chercheurs à plein temps et de laboratoires associés » (1), considère que « classer les universités est une activité lucrative qui n'a aucun sens sur le fond, car les systèmes et les contraintes sont souvent très différents d'un pays à l'autre, et même au sein d'un pays ». Si la Curif ne souhaite pas « empêcher les différentes officines, qui en font métier, de publier des classements », elle s'oppose en revanche à ce que « l'argent public soit dilapidé dans des opérations qui ne servent que des bureaucrates en mal de communication et en fin de compte desservent les universités ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Réussite en licence en 2010 : les universités classées sur leur « valeur ajoutée »

L'UVSQ (université Versailles-Saint-Quentin) est l'université qui avait, en 2010, la « valeur ajoutée » la plus forte en matière de réussite en licence en trois ans de ses étudiants n'ayant pas changé d'établissement pendant leur cursus. Et c'est l'université de Nouvelle-Calédonie qui avait la « valeur ajoutée » la moins élevée. C'est ce que montre une note intitulée « Parcours et réussite en licence et en master à l'université » (avril 2013) que le MESR vient de publier. La « valeur ajoutée » que le ministère a calculée pour chaque université permet de « situer une université par rapport à la moyenne nationale une fois les effets de structure pris en compte ». Des tableaux associés à cette note donnent les taux de réussite, par université, en licence et en master. Le MESR met en avant plusieurs méthodes, soulignant la complémentarité de celles-ci.

Lire la suiteLire la suite
U-Multirank : l'ESU et la Fage reconnaissent ses aspects positifs, mais ne veulent « pas y fonder de trop grands espoirs »

« Malgré ses aspects positifs, nous sommes réalistes quant aux limites que présente le projet U-Multirank », explique à AEF Karina Ufert, présidente de l'ESU (European students' union – union des étudiants européens), en marge du lancement officiel du « classement européen des universités » à Dublin, jeudi 31 janvier 2013 (AEF n°196820). « Il ne faut pas fonder de trop grands espoirs sur cet instrument », déclare-t-elle. En particulier, elle s'interroge sur la multiplication du nombre de critères permettant aux étudiants de faire leur propre classement en fonction de leurs intérêts : « Il faudra voir si cela n'est pas trop compliqué au final ». De même, elle remarque que le nouvel outil de comparaison des universités, qui devrait réunir au moins 500 universités de différents pays, « semble plutôt s'adresser aux étudiants qui ont l'intention de partir à l'étranger pour y suivre un cursus entier », ce qui ne représente pas la majorité des étudiants.

Lire la suiteLire la suite
U-Multirank n'est « pas réaliste et beaucoup trop cher » (Jean-Charles Pomerol)

« Il me semble que ce projet est beaucoup trop ambitieux par rapport à ce que nous savons faire à l'heure actuelle en matière de qualité et de vérification des données et de pertinence des critères », déclare Jean-Charles Pomerol, ancien président de l'UPMC, à propos d'U-Multirank, le « classement européen des universités » lancé les 30 et 31 janvier 2013 à Dublin (AEF n°196820). Présent à cet événement, il juge que le nouvel instrument n'est « pas réaliste et beaucoup trop cher ». U-Multirank sera financé jusqu'en 2014 par l'Union européenne à hauteur de 2 millions d'euros, prélevés sur le budget du programme « éducation et formation tout au long de la vie », et pourra bénéficier de fonds de démarrage supplémentaires pendant deux ans, en 2015-2016 (AEF n°198673). Selon Jean-Charles Pomerol, « il faut d'abord consolider ce que l'on fait au niveau national avant d'être capable d'intégrer quelques critères au niveau européen ».

Lire la suiteLire la suite