Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Emploi / UE : la Commission européenne propose d'améliorer l'application du droit de libre circulation des travailleurs

La Commission européenne propose, vendredi 26 avril 20013, des mesures visant à garantir une meilleure application de la législation de l'Union européenne sur le droit des citoyens de travailler dans un autre État membre, permettant ainsi aux intéressés d'exercer concrètement leur droit. La proposition a pour objectif de surmonter les obstacles à la libre circulation des travailleurs, principe fondamental du marché unique de l'Union européenne, et de contribuer à prévenir les discriminations à l'encontre des travailleurs sur la base de la nationalité en proposant des solutions pratiques.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Union européenne : le traité de Lisbonne entre en vigueur le 1er décembre 2009. Rappel des dispositions sociales. La CJCE devient CJUE

Le traité de Lisbonne, signé le 13 décembre 2007, par les 27 chefs d'État ou de gouvernement des États membres de l'Union européenne, entre en vigueur le 1er décembre 2009. Il modifie les deux traités fondamentaux que sont le traité sur l'Union européenne et le traité instituant la Communauté européenne, ce dernier dénommé dorénavant « traité sur le fonctionnement de l'Union européenne ». Le traité de Lisbonne dote l'Union européenne élargie de nouveaux instruments, en particulier un président stable du Conseil européen (le Premier ministre belge Herman Van Rompuy a été désigné à ce poste, le 19 novembre dernier), et un haut-représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, également vice-président de la Commission, qui s'appuiera sur un service européen pour l'action extérieure (la commissaire européenne au Commerce, la britannique Catherine Ashton). Il prévoit de nouveaux équilibres institutionnels en renforçant les prérogatives politiques et budgétaires du Parlement européen, et en étendant la procédure de co-décision à de nombreux domaines. Le traité accroît également les pouvoirs des parlements nationaux, qui auront la faculté de s'opposer à des textes qui enfreindraient les principes de subsidiarité et de proportionnalité, et confère de nouvelles prérogatives à la Cour de justice de l'Union européenne dans les contentieux avec les États sur l'application du droit communautaire.

Lire la suiteLire la suite