Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'alliance Audencia - Centrale Nantes va se renforcer avec le rattachement de l'École d'architecture, « troisième pôle sur la création »

« Dès le départ, nous avons eu pour objectif, au travers de l'alliance Centrale Nantes-Audencia (AEF n°205602), de répondre à la nécessaire capacité d'innovation qui fait la force d'un pays. Il nous fallait donc renforcer cette alliance avec un pilier autour de la création, et c'est ce que nous allons faire avec le rattachement de l'École d'architecture de Nantes à Centrale, qui a été voté par son conseil d'administration récemment », annonce Arnaud Poitou, directeur de Centrale Nantes, lors d'une conférence de presse commune avec Frank Vidal, directeur général d'Audencia Group, jeudi 25 avril 2013. Ce « troisième pôle » sur la création accueillera aussi Sciences Com, l'école de communication du groupe Audencia, précisent les deux directeurs. « L'idée est d'allier l'ingénierie, le management et la création pour créer un terrain susceptible de faire naître l'innovation », poursuit Arnaud Poitou. Interrogés sur l'éventualité d'un rapprochement avec l'École de design de Nantes, les deux directeurs indiquent qu'il existe déjà « des masters en commun » avec elle mais qu'aucun projet plus structurant n'est pour l'heure envisagé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
École centrale de Nantes : la chambre régionale des comptes salue le dynamisme de l'école mais pointe le manque d'information financière

« L'activité de l'École centrale de Nantes se caractérise par son dynamisme tant dans les projets de recherche que dans les formations proposées, le nombre d'étudiants, les partenariats industriels et l'implication dans des réseaux », relève la chambre régionale des comptes des Pays-de-la-Loire dans un rapport d'observations définitives concernant la gestion de l'ECN, rendu public le 10 décembre 2012. La chambre, qui rappelle que l'école est passée aux compétences et responsabilités élargies en janvier 2011, pointe cependant le « manque d'information financière, notamment sur les coûts de la recherche et de la formation ». Dans sa réponse au rapport, Patrick Chedmail, l'ancien directeur de l'ECN, indique que l'école « a pris la mesure de ce manque » depuis le passage aux RCE. Il affirme qu'aujourd'hui, « à l'exception du patrimoine (compétence non dévolue), l'établissement s'est donné les moyens de la construction de cette information ». La chambre régionale des comptes insiste sur l'importance pour l'école d'avoir « une vraie connaissance de ses coûts réels » ; « qu'elle soit en mesure de déterminer, par type de formation, un coût réel de formation ; qu'elle puisse, pour chaque projet de recherche, s'assurer que sa facturation couvre bien les frais réels ». Elle recommande à l'École centrale de Nantes de « vérifier a posteriori que les facturations des prestations de recherche industrielle correspondent aux objectifs de l'ECN » et « d'estimer de manière précise le coût réel des différentes formations, notamment celles que l'école entend proposer sur le marché international ».

Lire la suiteLire la suite
France business school présente son programme grande école unique et son nouveau dispositif de recrutement, qui s'affranchit des concours

« Nous voulons une salle de classe la plus hétérogène possible, qui soit une représentation du monde du travail tel qu'il est, mais aussi du monde en général », annonce Patrick Molle, directeur général de France business school (1) (AEF n°209426), mardi 6 novembre 2012, lors d'une conférence de presse de présentation du nouveau programme grande école de l'établissement et de son mode de recrutement alternatif, qui sera effectif à partir de février 2013. « France business school a décidé de ne pas entrer dans les banques d'épreuves traditionnelles des concours (AEF n°206774), car malgré les vrais efforts accomplis par les grandes écoles en matière d'ouverture à de nouveaux étudiants, notamment des voies littéraires ou technologiques, il existe toujours un tropisme vers un profil prédéterminé, des cerveaux faits d'une certaine façon », poursuit Patrick Molle. « De plus, quand on triture les chiffres des concours, on se rend compte que dans 80 % des écoles, ce qui est discriminant, ce sont les écrits. Les concours sont un système de distribution qui s'effectue aux écrits, eux-mêmes mesurant des capacités académiques, et surtout mathématiques. Ces profils sont nécessaires, mais il existe d'autres compétences importantes. »

Lire la suiteLire la suite