Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le MESR établit un lien entre la part de femmes parmi les chercheurs et « les stéréotypes de genre dès les formations »

« Le taux de féminité des emplois de chercheurs, c'est-à-dire la part des postes de chercheurs occupés par des femmes est de 26 %. Dans le secteur public ce taux atteint 34,5 % soit 15 points de plus que dans le secteur privé, où un poste de chercheur sur cinq est occupé par une femme (19,5 %). » C'est ce que met en lumière une note d'information du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche d'avril 2013 intitulée « Chercheures-chercheurs, des stéréotypes de genre dès les formations ». « Les deux tiers des hommes travaillant dans la recherche sont chercheurs (66 %) contre un peu plus de la moitié des femmes (54 %). Cela est vrai dans les administrations comme les entreprises », indique cette note qui relève qu' « au cours de leurs études supérieures, que ce soit à l'université ou dans les écoles d'ingénieurs, femmes et hommes ne s'orientent pas vers les mêmes filières ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Parité : en Europe, les femmes représentent 40 % des chercheurs dans le public et 19 % dans l'industrie

« Même si la proportion des femmes parmi les chercheurs augmente en Europe, leur sous-représentation dans les disciplines et les carrières scientifiques persiste. » Telle est la conclusion dressée par la Commission européenne à l'occasion de la publication, de son rapport « She Figures », vendredi 5 avril 2013. Ce document compile les statistiques sur « le genre dans la recherche et l'innovation » pour l'année 2012 en Europe. Il montre que « les femmes ne représentent que 33 % des chercheurs européens, 20 % des professeurs titulaires et 15,5 % des dirigeants d'institutions du secteur de l'enseignement supérieur ». La France arrive en fin de classement avec 27 % de femmes parmi les chercheurs. Plus précisément, les femmes représentent 40 % des chercheurs des universités (34 % pour la France), 40 % dans les établissements publics (35 % pour la France) et 19 % dans le secteur industriel (20 % pour la France). Elles occupent en moyenne 36 % des postes à responsabilité du domaine scientifique (27 % pour la France).

Lire la suiteLire la suite
Près de 21 % des projets financés par le 7e PCRD sont dirigés par des femmes, selon une étude de la Leru

26 % des bourses « jeunes chercheurs » et 12 % des bourses « chercheurs confirmés » de l'ERC ont été attribuées à des femmes au cours des six premiers appels à projets de l'institution créée en février 2007. C'est ce que signale la Leru (Ligue des universités de recherche européennes) dans son étude intitulée « Femmes, recherche et universités : poursuivre l'excellence de la recherche sans perdre de talents » publiée mardi 10 juillet 2012. La ligue rapporte par ailleurs que les femmes représentent 35,4 % des boursiers Marie Curie et 20,7 % des chefs de projets sélectionnés dans le cadre du 7e PCRD. La Leru cite par ailleurs des exemples pris au niveau national : en Suisse, entre 30 % et 40 % des boursiers du FNS (Conseil de financement de la recherche) sont des femmes. En Allemagne, elles représentent 20,6 % des boursiers de la DFG (Agence de financement de la recherche allemande).

Lire la suiteLire la suite
La Commission européenne retire le clip de sa campagne « Femmes dans la recherche » suite aux protestations de scientifiques sur internet

« Suite aux réactions » d'internautes, la Commission européenne a retiré samedi 23 juin 2012 le spot « la Science, c'est pour les filles » mis en ligne pour le lancement de la première partie de sa campagne « les femmes dans la recherche », confirme à AEF Michael Jennings, porte-parole de la commissaire à la recherche, la science et l'innovation Máire Geoghegan-Quinn, lundi 25 juin 2012. « Le clip avait pour objectif d'attirer l'attention des jeunes filles difficiles à atteindre avec des messages sur la science. Nous reconnaissons pleinement le fait que la vidéo ne présente pas les choses de manière équilibrée et nous sommes désolés que cela ait pu blesser certaines personnes. » Depuis sa mise en ligne jeudi 21 juin 2012, le clip, conçu par l'agence Emakina pour un coût de 102 000 euros, avait suscité de nombreuses protestations, certains qualifiant ce spot de sexiste et appelant à son retrait, en particulier sur twitter sous le mot-clé (hashtag) #sciencegirlthing.

Lire la suiteLire la suite
Institut universitaire de France : 150 membres nommés pour cinq ans, dont 31 % de femmes

Le « Bulletin officiel » du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie dans son édition du 24 mai 2012 la liste des 150 membres de l'IUF (Institut universitaire de France) nommés pour une période de cinq ans, à compter du 1er octobre 2012. Parmi eux, 135 sont des nouveaux membres (50 seniors et 85 juniors de moins de 40 ans) et 15 sont des membres seniors renouvelés pour un période de cinq ans. Cette promotion compte 104 hommes (69 %) et 46 femmes (31 %). Les membres juniors et seniors sont sélectionnés par deux jurys distincts, qui comprennent « au moins 40 % de scientifiques étrangers », rappelle l'IUF. Leur composition a été publiée le 15 mars 2012. Les lauréats « continuent à enseigner dans leur université d'appartenance avec un horaire adapté et bénéficient de crédits de recherche spécifiques », précise encore l'institut.

Lire la suiteLire la suite
Parité : les femmes créatrices d'entreprises innovantes doivent faire face à des « préjugés qui restent ancrés » (Julie Renahi, Prolipsia)

L'incubateur d'entreprises innovantes de Franche-Comté a accompagné la création de treize sociétés au cours de l'année 2010-2011, dont sept sont dirigées ou co-dirigées par une femme. L'un de ses axes de travail consiste précisément à proposer un accompagnement adapté aux femmes créatrices d'entreprises, une action pour laquelle il a obtenu un soutien du Feder. Delphine Prieur, directrice adjointe de l'incubateur, et Julie Renahi, créatrice et dirigeante de la start-up Prolipsia, issue de la recherche publique et spécialisée dans les solutions logicielles d'aide à la conception et à la rédaction de textes techniques, expliquent pour AEF les difficultés rencontrées par les femmes dans leur parcours vers la création d'une entreprise innovante.

Lire la suiteLire la suite